A 40 ans de francophonie, le français s’appauvrit.

Le drapeau de la Francophonie flotte sur la Maison d'Etat de la Nouvelle Angleterre à BostonQu’arrive-t-il au français ?

Au sommet de Montreux en Suisse, sur les bords du lac Léman, l’avenir de la langue française était, entre autres, au cœur des débats. Sauf en Afrique, la langue française est en faiblesse partout dans le monde. Les avis ont été unanimes. Les chercheurs, les écrivains francophones, tous pensent que le français s’appauvrit.
Pourquoi le français qui a connu une carrière diplomatique sans précédent dès le XIIIe siècle connaît-il de tels déboires. A cette allure et dans quelques décennies encore, 9 francophones sur 10 seraient africains ?

La Racaille, une des insultes phares de ces dernières années;  majoritairement africaine, serait-elle plus désignée pour donner vie au français?

Monotonie routinière du français?

Calixte Béyala l’affirme, le français ronronne. Ronronner, c’est aussi se complaire dans les actes routiniers et monotones. Et la routine tue. Mais pour M. Abdou Diouf, le français a 220 Millions de locuteurs et 116 Millions d’apprenants. Et pourtant il n’est pas moins prouvé que les jeunes francophones maîtrisent de moins en moins leur propre langue. Certains vont jusqu’à évoquer la baisse générale de niveau des étudiants francophones surtout en Afrique Subsaharienne. On peut s’en rendre compte dans nos écoles. C’est un fait palpable qui n’échappe même point au plus cancre des analphabètes. Et l’Algérie, le plus grand pays francophone après la France où se développe un plurilinguisme français-arabe-berbère n’y échappe pas. Partout dans l’espace francophone le français s’érode.
C’est une évidence. Des écrivains francophones dont la franco-turque Rosie Pinhas-Delpuech (parle couramment 9 langues) évoquent le manque de dynamisme et de vivacité de notre langue qui pour cela n’évolue pas mais s’appauvrit. Pour Calixte Béyala l’écrivain franco-camerounaise citée plus haut, non seulement, le français ronronne, mais aussi la francophonie reste totalement inconnue des francophones. Et même encore la langue a perdu sa place d’antan de langue influente.

Pourtant longtemps langue diplomatique :

Il est vrai que dès le XIIIe siècle plusieurs royaumes du Moyen-Orient et même de l’Europe ont adopté le français comme langue officielle avant la France elle-même. Le 1er acte notarié en français date de 1532 et est rédigé à Aoste en Italie. Au XVIIe siècle, l’Anglais William Penn a proposé de le choisir comme langue européenne. En 1714, au traité de Rastadt le français a été adopté pour la 1ere fois dans la rédaction d’un traité. Depuis, et ceci jusqu’à la guerre de 1914-18, la langue française est restée langue diplomatique par excellence. Adam Jerzy Czartoryski, ministre des Affaires étrangères d’Alexandre 1er en a même rendu l’usage obligatoire dans la correspondance diplomatique de l’Etat Russe au XIXe siècle. Et Paris fut capitale universelle!
Faits curieux, tout ceci a suscité maintes indignations : des écrivains allemands se sont indignés que les Allemands réservent le français pour la conversation et ne parlent l’allemand qu’à leurs chevaux. Et même en 1887, la Triple Alliance rassemblant 2 Etats de langue allemande (l’Allemagne et l’Autriche) et 1 de langue italienne (l’Italie) a adopté une résolution rédigée en français mais dirigée contre la France. Ce n’est qu’entre 1900 et 1920 que l’anglais fut reconnu comme langue commerciale outre-mer.

Mais les véritables déboires du français ne commenceront qu’à la fin de la guerre de 1945 et avec la succession des différents traités de paix. Le dernier coup d’épée est advenu à la conférence de Bandung en 1955 où le français est mis à la 3e place dans les instances onusiennes après l’anglais, l’arabe et parfois même après le russe, et du coup n’est plus du tout parlé par près de 62% des représentations mondiales. Plus surprenant, dans les instances européennes où la France est l’une des chevilles ouvrières, l’érosion du français est assez marquante. Initialement prédominant, il n’y est qu’à 18% en usage en 2002.
Aujourd’hui, le français est reconnu comme 2e langue internationale officielle ou de situations privilégiées après l’anglais, langue de travail à l’ONU en théorie à parité avec l’anglais, mais dans la pratique 10% seulement des documents sont traduits en français.

Pourquoi ce désintérêt total :

Pour certains, la baisse générale des niveaux des étudiants francophones est essentiellement due à la vétusté des infrastructures universitaires et scolaires dans l’espace francophone. Des universités qui sont laissées à elle-même, les établissements scolaires qui n’ont aucune forme de subvention, des professeurs et enseignants qui sont sous-payés.
Pour d’autres, les difficultés des étudiants francophones à obtenir un visa pour la poursuite de leurs études en France métropolitaine ou dans d’autres pays francophones européens la Belgique ou la Suisse par exemple sont une cause non négligeable. Ces étudiants se tournent de plus en plus vers les pays du Commonwealth où l’obtention des visas et des bourses d’étude est plus facile.
La politisation de l’OIF est aussi pointée du doigt. C’est pour la franco-camerounaise Calixte Béyala, « la politisation de la francophonie, toute la lourdeur administrative qui l’entoure qui sont à l’origine du désintérêt dont l’institution fait l’objet et au-delà, de la langue qu’elle défend ».
Selon une déclaration d’Alain Joyandet (ex Secrétaire d’Etat français à la Coopération et à la francophonie) lors des jeux francophones « francomots » lancés en Janvier pour les 40ans de l’OIF celui-ci déplore “le manque d’amour des Français eux-mêmes, et surtout des jeunes pour la francophonie ” et sont gagnés par les anglicismes omniprésents dans les habitudes linguistiques de tous les jours. M. Joyandet appelle donc à plus de rigueur et “à ne pas laisser la paresse linguistique nous gagner” car selon lui “les jeunes sont les avocats de la diversité culturelle et de la francophonie”.
Et qui contribuerait à la diversité culturelle défendue par M. Joyandet ? La Racaille? Si les Français eux-mêmes ont du mal à s’intéresser à la chose francophone qui s’y intéresserait alors ? Toujours la Racaille ? Ou les Africains qui ne sont pas encore entrés dans l’Histoire ? Certainement, au moins ils contribueraient à réécrire l’Histoire de la francophonie surtout que l’idée de sa création est en partie africaine : le Sénégalais Léopold Sédar Senghor, le Tunisien Habib Bourguiba, le Nigérien Hamani Diori ou le Cambodgien Norodom Sihanouk nous en diront.

Rien ne va plus :

Il est certain, le français est de nos jours supplanté par l’anglais omniprésent, le chinois émergent et envahissant. Et plus encore ! Même s’il n’est pas pour autant moins parlé ; même si des étudiants du monde entier apprennent encore et toujours notre cher français au Japon, aux Etats-Unis et en Russie, il faut reconnaître que rien ne va plus dans l’espace francophone surtout que la francophonie échoue là où le Commonwealth réussit, sur le plan politique et linguistique et économique. Pourtant la francophonie a été originellement pensée sur ce model Commonwealth et surtout pour lui faire poids.
Pour sûr les jeunes vont toujours déserter plus massivement la zone francophone pour peut être des jours meilleurs dans la zone anglophone. Et le Commonwealth, lui il vivra et l’anglais avec. Mais pour M. Diouf Abdou, le chemin restera encore long à parcourir ; la tâche encore plus ardue que jamais surtout qu’il a été réélu, candidat unique dans un ?one man show? pour la 3e fois consécutive à la tête de l’OIF. Et enfin, parce que le latin et le grec ancien avait connu ce sort de langue morte espérons que par expérience le français y échappera.
Pas d’inquiétude, La Racaille y aiderait.

AttributionNoncommercialNo Derivative Works Photo par  France in New England


avatar Soumis par le 5 Nov 2010 dans la/les categories A La Une, Chroniques. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP