Accord signé, les Universités rouvertes mais quelques inquiets s’interrogent

Les universités publiques réouvertes depuis quelques jours. Mais certains s’interrogent si ce sera vraiment la fin de la crise qui secoue les deux universités publiques il y a quelques mois déjà. En réalité la dernière phrase du dernier accord mettait fin à la crise. Mais la phrase « Le présent accord met fin à la crise universitaire survenue les 05, 06 et 07 décembre 2011 à l’Université de Lomé. » semble ne pas rassurer certaines âmes.

Au moment ou quelques uns se félicitent de l’avancée enregistrée dans la signature de cet accord, d’autres se montrent dubitatifs quant à la signature et à l’application. Et ces derniers se prévalent du fait que la plupart des étudiants n’applaudissent pas totalement des deux. Ils montrent juste un petit satisfecit au bout des lèvres mais affirment tous attendre de voir. Ses inquiets évoquent aussi le cas des délégués et de certains responsables des mouvements estudiantins dont le plus grand nombre ont trouvé utile de signer l’accord juste pour obtenir la réouverture des universités. Le Président du Mouvement pour l’Epanouissement des Etudiants est cité en exemple. Un autre Haut Responsable du MEET va jusqu’à dire que malgré la signature de l’accord du 13 Janvier, la lutte continue.

Autant d’éléments qui rassurent les inquiets que l’accord de Lomé porte en son sein les germes d’une nouvelle future crise. Comme un Grand homme a l’habitude de le dire’ « un bout de papier ne peut empêcher une révolution populaire », les dubitatifs vont et élèvent la voix « l’accord du 13 Janvier ne peut du moins pour le moment mettre fin aux manifestations des étudiants ».Tout comme l’arrestation et la condamnation des étudiants de Lomé en 2004 n’avaient pu mettre définitivement fin à la crise universitaire , « ce bout de papier » n’a pas également encore cette force. Ces dubitatifs haussent encore la voix et crient que Faure Gnassingbé n’en est pour rien dans cette crise. Le Fils est en train de payer selon eux pour ce que les Collaborateurs du Père ont commis comme erreur.

Pour ces inquiets, on aurait pu finir avec cette crise depuis le début des années 2000 et surtout en 2004. Ils évoquent le fait que, Eyadéma, dans les coulisses avait voulu définitivement mettre fin à la crise universitaire suite aux manifestations des 28 et 30 Avril 2004. « Le Général Président aurait décidé prendre toutes les dispositions pour satisfaire à un maximum des doléances des étudiants à l’époque.

Les 120 000 FCFA qui seront désormais octroyés aux étudiants devraient l’être depuis le lendemain de la crise de 2004 mais certains de ses proches collaborateurs s’y étaient catégoriquement opposés » ajoutent-ils encore avant de poursuivre que le même problème s’est posé avec la libération des Etudiants interpellés, jugés et condamnés à des peines allant de 18 à 21 mois d’emprisonnement ferme le 24 Mai de cette année. Le Président Eyadéma voulait les libérer mais encore ces proches s’y opposaient. Mais sa position avait pris le dessus, ce qui avait entrainé la signature du Décret de grâce présidentielle du 07 Septembre 2004 et la libération de ces Etudiants deux plus tard. « Faure n’aurait même pas connu ces crises aujourd’hui » martèlent-ils encore.

En tout cas, si les Porches du Général Eyadéma avaient beaucoup joué pour que Faure Gnassingbé en paie le prix aujourd’hui, lui même maintenant en charge de ce dossier, peut-être qu’il veillera en personne pour que de telles crises ne se reproduisent et il sera désormais et à l’écoute et plus proche des universitaires.


avatar Soumis par le 26 Jan 2012 dans la/les categories A La Une, Actualités. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP