Centre d’Action Sociale au Togo oeuvre pour l’avenir

Mana Yevu, la fondatrice du CAST met la main à la pate

Le Togo, contrairement à ce que nous laisse penser très souvent la presse, ça n’est pas uniquement un minuscule pays déchiré au plan politique par des guerres intestines, ou une contrée en situation précaire, avec une population démunie et sans ressource de quelque ordre que ce soit. Le Togo n’est pas simplement le vulgaire résultat d’un découpage colonial arbitraire dont les séquelles se font encore sentir aujourd’hui et ne cesse d’être nourries par des haines tribales et claniques ou par des intérêts financiers individuels. Non, le Togo ça n’est pas uniquement une sorte de « réservoir ou vivier » où viennent se servir les puissances économiques étrangères en présence : trop souvent le terme « d’échange » se limite à une sorte de mascarade où certains bradent les terres et le potentiel du sol togolais pour le compte de quelques investisseurs étrangers, sans que l’avis et les besoins du peuple ne soient pris en compte.

Le Togo, chers lecteurs, c’est aussi un petit coin du monde où il fait bon vivre quand on le voit avec les yeux de l’amour, c’est une fabuleuse mosaïque. Le Togo est ce vif panache de peuples, de cultures, de langues, de croyances, de couleurs, de paysages… Tout cela s’articule et se façonne autour d’ hommes et des femmes dont quelques-uns se démarquent. Oui, quelques-uns qui, malgré les difficultés du quotidien, refusent de s’avouer vaincus et refusent ne serait-ce que de croire qu’il n’y aurait point d’avenir radieux possible pour leur pays. Et cet avenir du Togo est une réalité dès aujourd’hui. Ce, grâce à cette foi qui anime des êtres pleins d’amour et qui, au quotidien, représentent le sourire de leurs protégés.

Parmi ceux-là, je vous présente Mana Yevu qui a initié l’action de l’association Avenir-Togo en 1996, par le biais de laquelle est soutenue l’existence de son Centre d’Action Sociale au Togo (le CAST). Ce centre se situe vers Kpalimé (une des principales villes du Togo), et il a été fondé une année plus tôt. Ce centre vise essentiellement à recueillir des enfants qui présentent un handicap ou qui sont abandonnés. À l’instar de bien d’autres structures présentent sur le territoire, les bénéficiaires du CAST se voient mettre à disposition une structure d’accueil qui leur permette d’évoluer dignement tout en ne demeurant pas cloîtrés entre eux comme des parias. Le but de cette action est non seulement d’offrir l’encadrement affectif nécessaire à l’épanouissement psychique des enfants, mais dans le même temps, de maintenir le lien social qui s’avère vital pour la réinsertion de ces enfants comme partie intégrante de la société. L’idée est de véhiculer cette conviction qu’une donne de départ moins favorable ne représente nullement une fatalité et que même en partant dans la vie avec un handicap (quel qu’il soit) , on peut devenir maître de son avenir et devenir un membre actif et productif de la société. C’est donc dans cet état d’esprit, que les jeunes (et par la force des choses les moins jeunes également) présents au CAST sont encouragés à participer pleinement à l’activité et à l’autonomie du centre. Cette réinsertion dans la société passe indéniablement par le maintien d’une scolarisation des bénéficiaires dans la mesure du possible, car « l’éducation est un progrès social… L’éducation est, non pas une préparation à la vie, l’éducation est la vie même. [i] »

Dans les faits, le CAST prend en charge actuellement plus de 150 enfants avec des problématiques de tout ordre, et il fait face à la déchirante contrainte de devoir refuser ce même accueil à une centaine d’autres enfants qui figurent sur sa liste d’attente, faute de moyens et d’engagements suffisants pour le seconder. Force est de constater que, malgré la bonne volonté et la forte motivation de quelques trop rares bonnes âmes, le CAST se démène dans son combat avec l’appui essentiellement d’amis et sympathisants étrangers quand on compte des centaines de milliers de togolais constituant la diaspora de ce petit pays, à l’international !

Aussi, en attendant que l’ensemble des togolais se sentent véritablement concernés par ce qu’il y a lieu de faire sur le terrain de manière concrète, le CAST et ses semblables font avec les moyens du bord. Et c’est ainsi que Mana Yevu arrive tant bien que mal à coordonner une vie à cheval sur le sol français et le sol togolais afin d’aller organiser, gérer et soutenir « ses troupes » sur place. Puis elle revient démarcher les financements, booster l’information afin de faire connaître son engagement et sensibiliser des volontaires, organiser la vente des productions de ses jeunes protégés par le biais d’animations et de présence sur les marchés associatifs, et grâce justement au soutien de la fameuse association Avenir-Togo, créée dans ce but, et domiciliée dans le Gard avec une antenne à Montpellier.

Si vous vous sentez concernés par cette action et par l’idéologie qu’elle sous-tend, n’hésitez pas à aller faire un tour (bien que virtuel) sur le site de l’association[ii]. Vous y trouverez un condensé de l’essentiel des informations et des activités concernant le Centre d’Action Sociale au Togo (CAST). Mais plus encore, si vous avez l’opportunité de séjourner prochainement au Togo, faite un crochet sur le terrain, en empruntant  la route de Yokele, afin de vous rendre véritablement compte de ce qui s’y réalise et de l’espoir qui y est nourri jour après jour. Au-delà d’un engagement financier ponctuel qui nous donne généralement bonne conscience, je souhaite vous dire que le CAST et Avenir-Togo, ainsi que toutes les actions optimistes de la même mouvance, ont par-dessus tout besoin d’un engagement du cœur à long terme. Il s’agit d’œuvrer pour tout un peuple.

Togolais, œuvrons pour notre patrie !

Amis du peuple togolais, œuvrons pour l’humanité !

Brique après brique, aussi petites soient-elles, une humanité nouvelle est à bâtir !

[i] John DEWEY, philosophe américain spécialisé en psychologie appliquée et en pédagogie (1859-1952)

[ii] http://www.avenir-togo.org/


avatar Soumis par le 3 Jun 2010 dans la/les categories Plume Libre, Société. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP