Conversations avec des Togolais – Bilan 2011: Gerry Taama

Togozine: Bonjour Mr. Taama Comment allez-vous?
Gerry Taama: comme d’habitude, en grande forme.

Togozine: 2011 fut une année intéressante au Togo pour de nombreuses raisons, que pensez-vous qu’on se souviendra de 2011, quand l’histoire regarde en arrière?
Gerry Taama: On se souviendra sans doute de la CVJR, qui à mon sens aura été l’évènement marquant de l’année, même avec les réserves que j’ai pour cette initiative.

Togozine: Qui sont les personnes que d’apres vous la diaspora togolaise a besoin d’apprendre à connaître, car ils portent beaucoup de potentiel pour l’avenir.
Gerry Taama: Là, vous me posez une colle. Mais s’il y a deux catégories de personnes auxquelles je pense, il s’agit des blogeurs-journalistes tels Sylvio Combey, Noel Tadegnon, Bertrant Kogoe, … et des chef d’entreprise qui ont un excellent sens de communication comme Giana de la capitale, Dimas et Jean Paul Agboh des groupes de presse, et Gontrant Yaguiwata d’ Educarrière.  Enfin, je crois que je me place dans les deux catégories. Donc moi aussi, Gerry TAAMA.

Togozine: Qu’ etes-vous impatient de voir arriver en 2012?
Gerry Taama: La décentralisation. Il faut que notre pays mette en place les collectivités locales pour que les Togolais se sentent réellement responsables de leur avenir, car ayant un mot à dire sur la gestion de leur patrimoine. Il faut que 2012 soit l’année de la décentralisation.

Togozine: Quels sont les défis que le Togo doit résoudre en 2012 afin de se positionner stratégiquement pour tirer parti des opportunités futures?
Gerry Taama: Trois défis à relever à mon avis. Le premier est celui de la bonne gouvernance. Nous sommes un des rares pays où personne ne contrôle et ne rend compte de la gestion des ressources de l’Etat. Cette bonne gouvernance passe entre autre, comme je l’ai dit plus tôt, par l’application de la loi portant sur la décentralisation votée pourtant depuis 2009 et aussi par la lutte contre la corruption. Le second défi est celui des reformes. L’avenir du pays passe par les réformes institutionnelles et constitutionnelles. Je pense que l’Afrique de demain, est celle des institutions fortes. Il faut préciser les règles de jeu. Le troisième défi concerne l’emploi, surtout l’emploi des jeunes. Avec une population jeune à plus de 65%, si on ne fait rien pour l’emploi, nous allons vers l’implosion nationale. Il faut que le pays se dote d’une réelle politique pour l’emploi.

Togozine: Vous êtes dans le monde de la culture litteraire, des multi-medias et de la securite? Quels conseils donneriez-vous à des jeunes togolais qui veulent jouer dans ce secteur en 2012?
Gerry Taama: Oser, oser et oser. Nous avons un système éducatif (familial et institutionnel) qui ne met pas l’accent sur l’initiative et l’audace. A tous les jeunes, je dis une seule chose. Dans la misère, il y a deux catégories de personnes. Ceux qui n’ont plus rien à perdre (vieillards, marginaux,) et ceux qui n’osent pas. L’audace paie, toujours. Vivez vos rêves les yeux ouverts.

Togozine: Merci tres cher pour votre temps …. , Un dernier mot pour nos lecteurs?
Gerry Taama: Notre pays est comme le far-west, le monde où tout est encore possible. Comme je l’ai dit à certains frères de la diaspora lors de ma précédente communication sur l’univers de l’entrepreneuriat au Togo, tout est encore possible, pour celui qui se lève tôt. Et sur ce sujet, la diaspora dispose des meilleurs outils, car ayant été à l’école de l’occident, où il ne faut compter que sur soi

Togozine: Happy New Year 2012, et que Dieu vous bénisse.
Gerry Taama: Bonne année 2012 et que Dieu vous protège aussi.


avatar Soumis par le 28 Dec 2011 dans la/les categories A La Une, Interviews. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 1 Reaction deja “Conversations avec des Togolais – Bilan 2011: Gerry Taama”

  1. Ah oui, la décentralisation! ”Mot magique” tant en théorie qu’en pratique. Sans elle, aucun développement n’est possible. Il faut, cependant, organiser obligatoirement (surtout dans le contexte togolais) des élections municipales afin de mettre chacun des élus à la place qu’il faut et non de continuer par nommer des gens qui ne s’enrichissent que sous le dos des contribuables (du marché par exemple). ça fait très mal lorsqu’on se trouve dans les villes de l’intérieur. Nos autorités ont fait de ces derniers des gens naïfs qui n’attendent que les gestes du gouvernement qui d’ailleurs ne peineront-ils pas à venir?

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP