Conversations avec des Togolais: Wahhab Kwasi Nene

0
161
Wahhab Kwasi Nene
Wahhab Kwasi Nene

Le foisonnement associatif de la jeunesse togolaise ne cesse pas à travers le temps. C’est dans la continuité de cette dynamique qu’est née la NGE, la Nouvelle Génération Engagée. Ce mouvement a pour but de lever une nouvelle génération d’hommes politiques afin de construire le Togo de demain. Son Président et Fondateur, Monsieur Wahhab Kwasi Nene s’est confié à nous.

Le gouvernement Houngbo II tant attendu vient d’être annoncé de façon officielle, quelles sont vos impressions sur la nouvelle équipe gouvernementale togolaise?

Il y a une logique évidente de continuité de la part du RPT en maintenant les “poids lourds” du gouvernement précédent. Ayant pour habitude de ne pas m’exprimer sur des impressions mais des convictions et/ou certitudes , permettez-moi donc juste de répondre que c’est à l’oeuvre qu’on reconnait le forgeron. S’ il y a appréciations à émettre nous le ferons à l’heure du bilan en comparant les objectifs annoncés aux réalisations constatées. Nous n’en sommes pas encore là.

Ce gouvernement marque pour la première fois une collaboration entre les deux grands partis adversaires de la scène politique togolaise. Pensez-vous que les togolais peuvent attendre des étincelles de cette alliance historique?

(Sourire) A moins que je ne sois complètement déconnecté de l’actualité togolaise, je pense que cette collaboration a plus que rempli le ciel togolais d’étincelles et de jets de projectiles.

Ce que les Togolais peuvent en attendre? J’espère plus que le spectacle de déchirements et d’invectives auquel nous assistons actuellement.

Quand à savoir ce qui va sortir concrètement de cette configuration pour nos concitoyens, encore une fois se sont les mois à venir qui dresseront une première tendance .

Si les acteurs politiques actuels à savoir les partis concernés n’ont pas d’alternatives sérieuses à proposer, alors il faudra accorder aux nouveaux entrants le bénéfice du doute et les juger sur leurs résultats plutôt que de se perdre dans des procès d’intentions. Les problèmes de notre pays sont réels et sérieux, nous ne pouvons nous baser sur des impressions, des ressentis ou des prédictions.

Le peuple togolais est fatigué et exige de l’efficacité. Nous ne pouvons plus nous permettre le luxe d’improviser ou de supposer. Ce sont des vies qui sont en jeu et chacune d’elle compte.

Quand nos frères et nos soeurs nous accordent leur confiance. Ne le considérons jamais comme un acquis et ne soyons jamais tentés d’en abuser.

Le bureau national de l’UFC vient de décider l’exclusion de Mr Gilchrist olympio ainsi que de tous les ministres UFC du nouveau gouvernement. Quelles conséquences peuvent avoir cette inimitié sur l’union des forces de changement et sur la classe politique togolaise en général?

N’étant pas membre de l’UFC, vous comprendrez que ce serait totalement déplacé voire irresponsable  de porter un jugement sur le fond de cette histoire vu les tensions actuelles. Sur la forme, je dirai que le côté pugilat que prennent les évènements est assez regrettable.

Nous avions déjà déclaré à l’époque du forfait de GilChrist Olympio et des premières “secousses” au sein du parti que nous n’avions pas pour habitude de danser sur les cadavres des autres. Il en va de même pour la crise actuelle qui secoue l’UFC. Pendant longtemps ce parti a symbolisé la lutte du peuple togolais pour la liberté. Nous ne sommes certes pas toujours d’accord sur les méthodes, mais au delà des divergences de points de vue, je pense q’un responsable politique se doit de montrer l’exemple.

Il est possible de montrer son désaccord tout en gardant les notions de respect, de retenue et de bienséance. Le bon combat est celui qui se fait sur le terrain des idées et des méthodes plutôt que des attaques de personnes.
tout ce déballage par presse interposée est navrant. C’est à nous de montrer l’exemple aux jeunes. Notre pays est suffisamment déchiré, la classe politique ne devrait pas accentuer le problème mais s’évertuer à combler progressivement les brèches.

Des militants d’un même parti en sont à s’affronter quand ils ne sont pas pris en otage par des antagonismes au sommet. Vous savez, l’unité est l’un des ingrédients indispensables du succès. Nous ne serons jamais d’accord sur tout, mais ce qui nous unit devra toujours être plus fort que ce qui nous divise, c’est du moins l’exigence que nous nous fixons au sein de la NGE : le linge sale doit se laver en famille, et loin des projecteurs.

Je fais partie de ceux qui pensent qu’il est temps que le calme revienne pour que l’action et le réalisme prennent le pas sur l’émotion. Les problèmes à régler sont ailleurs et c’est sur eux que nous devrions nous concentrer.

Parlons maintenant de votre structure,la NGE-Togo.Le paysage public togolais se caractérise par une atomicité de l’offre politique,en quoi la NGE-Togo se démarque t-elle fondamentalement des autres entités politiques togolaises?

Nouvelle Génération
Nouvelle Génération

Il y a un constat que nul ne peut occulter: le remède au “mal” togolais n’est pas encore trouvé ou du moins appliqué. Le peuple continue à attendre des solutions concrètes et des avancées significatives. Il ne peut se nourrir indéfiniment d’espoir et de promesses.

Beaucoup d’entre nous avons commencé la lutte dans d’autres structures. Mais face à l’échec des actions passées, il était de notre responsabilité de faire dans un premier temps notre auto-critique, puis de revoir notre copie pour proposer une voie nouvelle en évitant les pièges et erreurs du passé.

A partir de là, nous avons fait le choix de nous affranchir de l’absolue nécessité de pactiser ou s’opposer via des débats antagonistes pour retrouver le peuple dans son intégralité et œuvrer pour l’héritage que nous laisserons aux générations futures.

La NGE n’a pas la prétention de détenir à elle-seule le remède à tous les maux dont souffre le Togo. Mais la vision est claire : nous voulons agir pour guérir. Etre dans la proposition au lieu de nous terrer systématiquement dans l’opposition. Ne le prenez surtout pas comme une attitude de dedain vis-à-vis des partis politiques togolais. Nous voulons tous un changement pour notre pays, mais nous nous imposons d’apporter des réponses au delà des simples constats d’échec. C’est ainsi que nous avancerons en gardant une attitude progressiste.

Pour répondre à l’importance des enjeux et à la diversité des chantiers, nous proposons une sorte de pacte de citoyenneté où chaque togolais apportera, selon ses compétences et aspirations, sa pierre pour bâtir le Togo de demain.

Beaucoup d’observateurs de la scène politique togolaise s’interrogent sur l’existence et le fonctionnement la NGE-togo. Pouvez vous nous apporter plus de précisions sur la structuration et les instances dirigeantes de votre mouvement?

(sourire) Que voulez que je vous dise? Que je vous prouve l’existence de la NGE en vous montrant l’extrait de parution au journal officiel? Alors peut-être que ces personnes demanderont une expertise pour prouver que je n’ai pas produit un faux .Tout ça pour vous dire que je ne pourrai jamais empêcher les gens de parler et les critiques de fuser. C’est aussi ça la liberté et croyez le ou pas, je suis profondément démocrate.

La meilleure défense dans ces genres de cas c’est le silence . Savez vous le nombre de personne qui m’ont traité de rêveur, de menteur ou d’utoptiste camouflé? Que devrais-je répondre à ça? Me justifier en permanence? Nous n’en avons pas le temps.

Je suis à Lomé parce que j’ai un mandat d’une équipe qui attend de moi beaucoup plus qu’un succès médiatique. Alors aux critiques, je me contenterai d’opposer des actions. Au final ceux qui sont objectifs nous jugerons sur nos actes, et ceux qui sont de mauvaise foi le resterons. J’avoue humblement que nous n’avons pas le remède à ce type de pathologie (sourire).

Plus sérieusement, la NGE en tant que structure existe effectivement et est enregistrée légalement auprès des autorités compétentes. Les statuts mis à la disposition des adhérents détaillent le rôle de chaque instance composant notre mouvement.

Il n’y a pas réellement de quoi polémiquer. Vous savez, la légitimité que nous recherchons n’est pas prioritairement celle des observateurs de la classe politique mais celle du peuple togolais, celui même avec qui nous sommes en contact sur le terrain. Les actions que nous menons ne font les grands titres des journaux et nous ne déplaçons pas dans les coins reculés caméras au poing.

Les populations que nous rencontrons sont en souffrance, nous les respectons, les écoutons et en aucun cas ne cherchons à mettre en scène leur mal-être. Nous n’avons pas la prétention d’avoir la réputation de nos aînés…mais nous avons la conviction que nos actions parleront pour nous et nous rendront bien réels aux yeux de ceux pour lesquels nous nous battons.

Lors d’une communiqué de presse publié le 15 Mai dernier,vous avez déclaré:”j’ai entendu cet appel à l’action.Voici donc que vient le temps de l’action…”.De façon concrète et très précise, quelles sont les activités qu’entend mener la NGE-Togo pour continuer dans la voie de ce qui constitue sa marque de fabrique: le travail de terrain.

Poser les bases d’une action sur le terrain est un véritable travail de fourmi. Mais il est nécessaire comme pour toute construction d’édifice de ne pas brûler les étapes. Nous ne voulons pas nous présenter au peuple comme un géant aux pieds d’argile.

La première mission était de nous rapprocher du terrain et de nous en imprégner au maximum. Il est très difficile de mener des actions efficaces quand nous ne partageons ou ne comprenons pas la réalité de ceux que nous voulons aider. Les gens ne veulent plus de donneurs de leçons mais des partenaires de lutte, et pour cela il faut au minimum que nous parlions de la même réalité en ayant le même langage.

Nous avons sillonné le pays avec une petite équipe pour faire un premier état des lieux et aller au contact du Togo que peu voient et dont peu parlent. A partir de là nous avons précisé et réajusté les priorités ainsi que les premières actions à mener dans les mois puis les années à suivre.

Et comme vous souhaitez du concret je vous dirai que nos toutes premières actions concerneront l’éducation et l’enfance ( orphelinats & écoles). Pourquoi? Parce que la jeunesse togolaise est pétrie de talents, il est de notre devoir de l’équiper. D’autres chantiers suivront mais nous y reviendrons au moment opportun.

Pour finir Mr Wahhab, quel message avez-vous à adresser aux populations togolaises en cette période de forte activité politique?

Permettez-moi de remplacer les “populations togolaises” par l’expression “les notres”, car la NGE est du peuple et pour le peuple.

Aux miens je dirai donc faisons simple tout en restant efficaces. Ne perdons pas de vue le véritable objectif : l’essor de notre pays. Il ne s’agit pas de la victoire d’un clan face à un autre. Il s’agit de relever un pays. La vision de la NGE est ” Guérir le Togo” , et je pense qu’au fond c’est le souhait de tout un chacun de nous.
Vivre ensemble dans une nation forte, libre et prospère, c’est possible si nous nous y attelons. Il est temps que notre nation fasse la Paix avec elle-même. Pour celà, nous devons impérativement panser les plaies et les blessures du passé, et tourner un regard confiant vers cet avenir qu’il nous appartient de construire”.

Monsieur Wahhab Kwasi Nene, je vous remercie.

Pour plus d’information, www.nge-togo.org et suivez Wahhab Kwasi Nene sur Facebook 

Vos Commentaires et Reactions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here