Crise estudiantine au Togo: P.V. de la réunion de sortie de crise

Ce procès verbal qui a sanctionné la réunion tripartite: gouvernement, autorités universitaires et représentants des étudiants, ce lundi 06 juin à la Primature à Lomé, est tout sauf une sortie de crise. Notons que cette réunion s’est tenue après une semaine de crise à laquelle j’ai déjà consacré un article.

Déjà ce matin, au moment où certaines associations estudiantines thuriféraires du pouvoir considèrent ce P.V. comme un accord, d’autres comme le MEET (Mouvement pour l’Émancipation de l’Étudiant Togolais, ne reconnait d’autre pouvoir à ce P.V. que celui d’un simple P.V., et appelle déjà les étudiants à la vigilance.
« Nous ne nous laisserons pas distraire » a plusieurs fois martelé le président du MEET invité à une émission radio ce matin.

D’autre part, l’ULEETOD (Union Libre des Étudiants et Élèves du Togo et de la Diaspora), qui n’a pas été associée aux discussions ayant conduit à ce procès verbal, rejette en bloc celui-ci. Elle appelle par ailleurs à un sit-in demain mercredi à 7h30 devant le campus universitaire de Lomé pour permettre aux étudiants chassés des cités de regagner leurs chambres.

Lisez à présent l’intégralité de ce procès verbal qui fait déjà polémique.

Procès verbal de réunion

Une séance de travail a réuni, ce jour 06 juin 2011 à la Primature des membres du gouvernement, des autorités de l’université de Lomé ainsi que des représentants des étudiants.
L’objectif de la rencontre était de rechercher des solutions aux problèmes qui ont conduits récemment à la fermeture de l’Université de Lomé.

Les discussions ont essentiellement porté sur les questions d’ordre académique et matériel contenues dans les plateformes de revendications soumises par les organisations estudiantines.
Aux termes des échanges, un consensus s’est dégagé sur les points suivants:

1- Questions académiques

Les représentants des étudiants ont unanimement réaffirmé leur adhésion au système LMD, mis en œuvre dans les universités du Togo depuis 2006.
Toutefois, ils ont fait valoir la nécessité de tenir compte de la situation des étudiants en transition, c’est-à-dire, ceux ayant commencé leurs cursus dans le système LMD.

Ils ont souhaité à cet égard qu’une session spéciale de rattrapage soit organisée pour leur permettre d’achever leur cursus, conformément à l’ancien système.

Il est apparu dans les débats qu’en réalité cette revendication était justifiée par la crainte que le nouveau diplôme obtenu dans le système LMD, ne confère pas les mêmes ouvertures sur le plan professionnel que les diplômes classique (Licence, Maitrise).

A ce sujet, le gouvernement s’est engagé à prendre les mesures appropriées qui seront proposées par le comité interministériel chargé des questions de diplômes et de classement dans la fonction publique.
En ce qui concerne la revendication relative à la restauration systématique des sessions de rattrapage, il est apparu au cours des débats qu’une telle option est difficile à mettre en œuvre en raison des effectifs et des infrastructures actuels.

Cependant, il a été recommandé que les établissements s’efforcent de les reprogrammer pour les unités d’enseignement fondamentales.

Dans le même ordre d’idée, il a été recommandé aux concepteurs des programmes de formation de ne pas multiplier les pré-requis et de ne s’en tenir qu’à ceux qui sont indispensables. Il a été admis qu’avoir suivi l’unité d’enseignement précédente (UE) même sans l’avoir validée peut suffire pour suivre l’UE suivante.

2-Sur les questions matérielles

-Le principe de la restauration de la bourse d’études a été accepté. Pour la définition des critères d’attribution, la commission en charge de la question sera élargie aux représentants des étudiants.

Une commission, comprenant les représentants des étudiants, sera mise en place pour faire des propositions au gouvernement en vue de l’amélioration des conditions de vie dans les universités du Togo.

Les représentants des organisations estudiantines ont exprimé leur vif souhait de voir l’Université de Lomé reprendre ses activités afin de permettre aux étudiants de finir dans la sérénité l’année académique 2010-2011.

Ils ont par ailleurs, regretté les violences qui ont émaillé leurs mouvements de revendications.

A l’issue des discussions, les différentes parties prenantes ont pris l’engagement de tout mettre en œuvre pour la réouverture dans les meilleurs délais de l’Université de Lomé.

Fait à Lomé, le 06 juin 2011
Ont signé:
Pour le Gouvernement
Le Ministre d’Etat, Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative,
M. Esso SOLITOKI
Pour la Présidence de l’Université de Lomé
Le Président,
Pr. AHADZI-NONOU Koffi
Pour les représentants des étudiants
ADOU Sébou, Président du MEET
ALOU Yawo Kpayidra, Délégué Général des étudiants de l’Université de Lomé
HOUNTONDJI Dodji Yaovi, Président de l’UETO
TIANKPA Yakoubou, Président du HaCAME

Source: Togo Couleurs


avatar Soumis par le 7 Jun 2011 dans la/les categories Éducation. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP