Croire contre toute attente

Croire contre toute attente à la réussite du mariage

Croire contre toute attente à la réussite du mariage

Parmi les choses qui nous arrivent dans la vie, il y a certaines que nous pouvons comprendre, expliquer ou surmonter. D’autres simplement sont au dessus de nos capacités.Voici mon histoire.

Depuis tout petit je savais ce que je voulais devenir : un journaliste. Et quand on c’est ce qu’on veut très tôt et qu’on le veut vraiment, on n’y arrive plutôt facilement. J’ai fini mes études brillamment, suivi une formation de journalisme et après quelques temps de chômage j’ai pu trouver une place dans une station radio de la place. Ce n’était pas mon boulot de rêve et le salaire n’était pas à la hauteur de mes espérance mais au moins je faisais un travail qui me passionnait. J’étais content et mon travail était tout pour moi.  J’ai tellement vécu pour mon travail que j’ai mis du temps à fonder une famille.

A 35 ans, j’ai rencontré la femme de mes rêves et me maria quelques années plus tard. La veille de mon mariage, j’ai été contacté pour un poste sur la première chaine de télévision du pays. Je ne pouvais rêver de meilleur cadeau de mariage. C’était le grand bonheur. J’avais le poste pour lequel j’ai travaillé aussi dur et j’épousais la plus jolie femme du monde. J’étais comblé.

Malheureusement mon mariage n’a pas été parfait. Pas qu’il y ait eu des désaccords au sein du couple mais nous n’arrivions pas avoir des enfants. Malgré toutes nos tentatives, ma femme ne pouvait tomber enceinte et après plusieurs visites et analyses médicales il s’est avéré qu’elle avait des problèmes de stérilité et que moi j’allais apparemment bien. Ça a été dur. Ma femme était toujours triste et malheureuse et je l’étais aussi un peu parce que je ne pouvais pas avoir cette grande famille dont j’ai toujours révée mais surtout j’étais triste parce que ma femme l’était. Je l’aimais stérile ou pas et je ne supportais pas de la voir malheureuse. Sans parler de la pression qu’exerçait ma famille. Ma mère voulait définitivement que je me trouve une autre femme pour porter ses petit-fils. Selon elle, son âme ne pourrait reposer en paix que si elle les portaient avant de mourir.

Pour moi c’était hors de question. Je suis strictement contre la polygamie et je n’allais pas me séparer de ma femme. Ce n’était pas de sa faute si elle ne pouvait pas être mère et elle souffrait déjà assez. J’avais juste dit à ma mère que j’allais y réfléchir pour ne pas la froisser. Je ne suis pas du genre religion vous savez mais j’ai toujours aimé feuilleter la Bible de ma femme qui était chrétienne. C’est bien de toujours honorer ses parents comme la Bible l’ordonne mais dans cette circonstance, qu’est-ce qu’un chrétien devrait faire? Écouter ses parents ou s’en tenir au fait que la Bible est contre le divorce et que seule la mort doit séparer des époux?

Bref, j’ai pas écouter ma mère et je supportais ma femme autant que je pouvais pendant les années qui ont suivi. J’ai même proposé l’adoption mais elle n’a pas voulu. En tant que chrétienne elle avait la foi, elle priait beaucoup et s’attendait au miracle. Moi sincèrement je ne voyais pas de miracle venir en tout cas pas dans cette vie. Peut-être dans une autre si on revenait une seconde fois. Dieu l’a peut-être fait pour Abraham et Sarah mais moi je m’étais fait à l’idée que mes neveux et nièces seraient mes héritiers. A 43 ans, je voyais mal ma femme du même âge tomber enceinte. Elle approchait déjà la ménopause. Mais savez vous ce qu’elle m’a répondu? Elle m’a dit que Dieu intervient surtout quand les hommes ne peuvent plus rien, que Dieu est capable de changer l’impossible en possible. Vraiment, je me demande comment les gens arrivent à garder espoir même dans des conditions désespérées. C’est admirable. Des mois plus tard ma femme était tombée malade. Elle perdait du poids, manquait d’appétit, était nerveuse et n’avait plus ses règles. Ménopause ai-je immédiatement conclu. Et elle se sentait de plus en plus affaiblie de jour en jour. Nous sommes donc finalement allé à l’hôpital. Il devrait sûrement avoir des médicaments contre les symptômes de la ménopause. Et bien c’est ma femme qui avait raison. A l’hôpital après les analyses le docteur s’approcha et nous félicita. Pourquoi n’est-ce pas? On ne félicite pas les gens pour avoir eu la ménopause. Apparemment ce n’était pas la ménopause mais une grossesse de 4mois. Oui la femme qu’on pensait tous stérile, était enceinte. Le même docteur qui l’avait déclaré stérile nous annonçait aussi surpris que moi qu’elle attendait un enfant. Que pouvais-je dire? «Qui que tu sois, responsable de ce miracle, je ne te connais pas mais je te remercie et je voudrais bien apprendre à te connaître un jour». C’est tout ce que j’ai trouvé à dire. Des mois plus tard, je devins père de jumeaux. Un garçon et une fille en parfaite santé. Ma mère rendu l’âme deux semaines après. Une morte subite qui nous à tous pris de cours. En tout cas elle a pu tenir ses petit-fils dans les bras. Il faut croire qu’elle n’attendait que ça pour partir. Et je suis content de savoir que son âme repose en paix.

Pourquoi je vous raconte cette histoire? Je sais que tout un chacun de nous a ses moments de joie et de tristesse. Je sais qu’a un moment de notre vie nous faisons face a des obstacles,a des moments durs, a des situations désespérées; mais vraiment ça vaut le coup d’espérer, de s’accrocher. Enfin il n’y a rien a perdre. Si vous espérez, vous tenez le coup et que ça ne marche pas au moins vous saurez que vous avez fait tout ce qu’il fallait et que ce n’est pas de votre faute, par contre si vous baissez le bras, vous aurez peut-être perdu une victoire déjà si près de vous. Cette victoire peut être l’amour de votre vie, la carrière de votre rêve, votre santé, vos finances,vos études… tellement tellement de choses qui nous tracassent. Tenez le coup, tenez bon. Je ne peux pas vous promettre que tout ira bien mais je peux au moins vous assurez que le sacrifice en vaut vraiment la peine.

Les années ont très vite passé vous savez, mes enfants étaient déjà au cours secondaire et étaient incroyablement intelligents. Mon petit garçon voulait devenir plus tard un avocat,un docteur,un joueur… chaque jour il rentrait a la maison avec un nouveau rêve (rires…). Ma princesse elle savait exactement ce qu’elle voulait faire de sa vie. «Je veux devenir journaliste et être a la télévision comme papa» disait t-elle a tout le monde. Mes enfants étaient les êtres les plus adorables que la terre puisse porter et ils étaient tout pour moi. Le mois de juin arriva et dans quelques jours ils fêteront leur douzième anniversaire. Après de longues discussions toute la famille opta pour la décision de maman d’aller célébrer tout le weekend dans un magnifique complexe a l’autre bout de la ville, c’était un petit hôtel avec un restaurant renommé, une piscine et des salles de jeux vidéo que les enfants ne manquerait pas d ‘adorer. Ce que femme veut Dieu veut. Nous sommes donc parti comme prévu fêter une année de plus dans la vie de nos jumeaux et nous nous sommes vraiment bien amusés surtout les enfants. C’était d’après eux leur plus belle fête d’anniversaire. Et ce weekend a aussi permis a ma femme et moi de nous rapprocher, de nous retrouver. Vous savez ce que c’est. Vous vous rencontrez et vous vous aimez. Au début on s’amuse,on passe de bons moments ensemble quotidiennement, des sorties cinéma, restaurant, plage… mais des que des enfants font leur entrée, ce n’est plus pareil. Les enfants c’est bien, seulement nous ne devons pas nous oublier, nous éloigner en tant que couples des qu’ils arrivent.  Il faut toujours qu’on essaie de raviver cette flamme des premiers instants. Et c’est ce que ma femme et moi avions fait ce weekend et il fut le temps de retourner a la maison. Les enfants devaient aller a l’école le lundi et moi au travail. Les petites vacances étaient finies.

Au moment de rentrer je retrouvai un ami de longue date qui était aussi a l’hôtel pour une conférence de presse je crois et nous nous sommes retrouvés dans le bar pour discuter du bon vieux temps autour de quelques verres. Ce fut seulement dans la soirée que nous avons repris la route pour regagner la maison. Nous devrions arriver dans une heure a peu près. J’avais un peu trop bu mais ce n’était pas la première fois que je conduisais ivre donc quand ma femme a proposé de conduire j’ai refusé.

J’aurais du lui passer le volant, j’aurais du ne pas boire sachant que j’allais conduire, j’aurais du ceci j’aurais du cela….. ce sont les seules phrases qui tournent dans ma tête depuis cette nuit jusqu’à aujourd’hui. Pourquoi? Parce-que cette nuit j’ai tué ma famille dans un accident de voiture que j’ai provoqué a cause de mon état d’ivresse. Ma vision était tellement floue que je n’ai pas vite vu le camion arriver et éviter la collision. Mes enfants ont immédiatement trouvé la mort, ma femme plus tard a l’hôpital a succombé aux blessures et moi paralysé a vie. Oui tout s’est très vite passé. En un clin d’œil,  j’ai perdu ma femme, mes enfants, ma mobilité, ma carrière… ma vie. Pendant des jours et des nuits je fus persuadé que c’était un cauchemar et que j’allais bientôt être réveillé par les cris de mes enfants. Malheureusement c’en était pas un et ils étaient vraiment partis. Je les ai fait partir. J’ai fait partir ce regard innocent de mes enfants, cette charmante sourire de ma femme. Pendant un bon moment je me suis senti comme un monstre qui détestait le bonheur et qui avait tout fait pour être malheureux et rendre des gens malheureux. Plus on me dit que ce n’est pas de ma faute plus je me sens responsable de cette tragédie. A cause de moi mes enfants n’ont pas eu la chance de grandir et d’accomplir leur rêve, ma femme n’a pas pu profiter des enfants qu’elle a tant voulu, tant cherché. Çà ne pouvait qu’être de ma faute et je mérite vraiment d’être dans ce fauteuil roulant. J’aurais évité ce camion, cet accident si j’étais sobre ou si au moins j’avais eu l’humilité de laisser ma femme conduire. Si on retournait en arrière j’aurais agi autrement. Ne faites pas la même erreur que moi ne conduisez jamais en étant ivre ou même fatigué. Moi je m’en suis rendu compte au prix fort. Et même si maintenant, plusieurs années après, le temps a guéri mes blessures je m’en veux et je m’en voudrai pour le restant de mes jours.

Image FlickR / license Attribution par  Mickael Casol


avatar Soumis par le 7 Jul 2010 dans la/les categories A La Une, Maman Togo. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 5 Reactions deja “Croire contre toute attente”

  1. avatar
    niky

    trop triste

  2. avatar
    Tchalé

    Ton gros texte comporte d’énormes incohérences…….

  3. avatar
    kliforda

    ton texte a y médité car la vie est fes des haut et des bas ces vraiment triste et a dire……………………………………

  4. avatar
    Elinam

    J’ ai aime lemillieu de l’ histoire. Je crois que c est une verite qu il faut se battre pour son reve. Si on persiste on fini par y arriver.
    Mais l’autre partie hummmm. Que Dieu nous preserve.

  5. avatar
    Sam

    Quel gros mensonge. Ce Monsieur a-t-il une hallucination ou est-il un agent d’un faux pasteur? Ces pasteurs qui trompent les femmes africaines incultes et analpbabètes et nos compatriotes diplomés ignorants comme la plupart de nos dirigeants?

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP