Le dilemne de Viviane

Aminata rencontre dilemne

Viviane rencontre son prince charmant mais ne sait que faire

J’ai toujours été une de ces filles croyant aux contes de fées, aux arlequins au prince charmant qui viendra avec son cheval blanc pour une expérience inédite, l’incorrigible romantique quoi.

Et je l’ai toujours cherché ce Roméo pour la Juliette qui est en moi. Chaque fois que je rencontrais un gars, j’étais sur que cette fois c’était le bon et ainsi de suite…

Et un jour, je rencontra Luc. Au début je n’étais pas vraiment amoureuse mais il n’a pas tardé à m’emballer. Il était doux, tendre, toujours aux petits soins. Le rêve de toutes les filles j’imagine. Il était tellement amoureux qu’il m’a très vite contaminé. Et c’était tellement bien. C’est toujours bien d’aimer et de sentir aimer. On sent ce réconfort, cette sécurité, on ressent tout cet amour comme heureux pour la première fois. Tout allait pour le mieux. Il venait de finir ses études de comptabilité et était dans la phase chômage-boulot. Moi, j’étais couturière. Je n’ai pas pu terminer mes études pour des raisons financières. Il m’arrive de le regretter vous savez, car j’ai toujours voulu être avocate. Mais styliste ce n’est pas mal non? Le monde en a aussi besoin. Luc venait me chercher chaque soir après le travail pour une longue ballade en amoureux. On parlait beaucoup. On se taquinait, on s’embrassait, on se querellait. La minute qui suivait, on rigolait de nouveau. Les symptômes imprévisibles et typiques de la maladie d’amour ne vous sont pas étrangers.  Tout allait bien. Bien sûr, comme dans toute relation, nous avions des hauts et des bas. Notre relation avait des failles, de grandes failles même mais on pouvait toujours y travailler. Le bonheur n’étant pas facile à trouver j’étais prête à faire des compromis et faire en sorte que ça marche. Bref, je me voyais bien passer le reste de ma vie avec lui. Je savais qu’il ferait tout ce qu’il peut pour me rendre heureuse. Ce que je ne savais pas c’est que tout allait changer en 48h.

En 48 h, tout à basculer

Je devais rendre visite à ma cousine Élisabeth à l’autre bout de la ville pour quelques jours et changer un peu d’air. Mon petit-ami ne pouvait pas m’accompagner parce qu’il était occupé. Je n’étais pas vraiment déçue car ça faisait un bail que je n’avais pas passé du temps seule avec ma cousine. Ça en a valu la peine. Nous avons vadrouillé dans un salon de beauté, ensuite au restaurant, fait le tour des boutiques sans pour autant acheter avant de finir la journée à la plage après de longues heures de bavardages et de drôles souvenirs d’enfance. Nous avons grandi ensemble et nous sommes les meilleures amies du monde. Le lendemain, Lisa me présenta pour la première fois son amoureux. On parlait quelques fois au téléphone mais on ne s’était jamais vu. Il m’a toujours paru être un gars bien et sincère. Il aimait ma cousine, c’était le plus important. Donc je l’aimais bien tant qu’il ne la faisait pas souffrir. Il n’était pas venu seul. Il était avec son meilleur ami Jean.

Jean

Vous savez je n’ai jamais cru au coup de foudre. Même aujourd’hui, je ne suis pas sûr de savoir ce que c’est. Je peux vous dire que dès que mes yeux se sont posés sur Jean, j’ai reçu comme une décharge électrique dans toutes les veines de mon corps. J’ai dû rapidement détourné les yeux. Il avait quelque chose qui m’a tout de suite captivée et intimidée. Je suis tombée sous son charme dès le premier instant. Après les présentations, ils ont décidé de me faire visiter la ville une dernière fois étant donné que je partait tôt le jour suivant. Nous sommes donc partis tous les 4 pour une longue promenade. A part une visite dans leurs centres commerciaux, mes guides touristiques ne m’ont pas amené bien loin. On a très vite atterri dans un parc plutôt intéressant pour bavarder et faire connaissance. Quelques instants après, j’apprenais que Jean était étudiant en droit, athlète, et comme moi adorait les animaux. Il était tellement amusant que je pouvais l’écouter parler eternellement. Il nous racontait des histoires fausses pour la plupart mais tellement drôles qu’on ne pouvait pas arrêter de rire. J’étais de plus en plus attirée par cet inconnu. Il aurait pu être un voleur, un menteur ou un homme violent vu que je le connaissais à peine. Mais je voyais uniquement l’homme que j’ai toujours aperçu dans mes rêves et dans les contes de fées. Il me posa ensuite des questions sur moi, sur mon travail. Il m’a même dit que j’étais jolie et que mon petit ami avait de la chance d’avoir une fille comme moi. Jamais aucun compliment ne m’a autant fait plaisir. Le son de sa voix quand il parlait, l’effet de ses yeux quand ils les posaient sur moi. Tout en cet homme me faisait chavirer. Comment était-ce possible? Je venais à peine de le rencontrer et je l’aurais choisi comme père de mes enfants si je l’avais rencontré un an plus tôt.

Le retour

Heureusement ou malheureusement, la pluie mis terme à notre promenade. Il fallait rentrer à la maison. Au moment de se quitter, il demanda mon numéro de téléphone pour m’appeler de temps en temps. Évidemment, je le lui ai donné sachant que je n’aurais sans doute pas du. Le lendemain,  j’étais chez moi quelques heures plus tard. J’ai appelé mon petit ami pour lui dire que j’étais rentrée et Jean m’appela dans la soirée pour voir si j’étais bien arrivée. Nous sommes restés presque 3 heures au téléphone parlant de tout et de rien. Je le connaissais un peu plus. Son père les a abandonné sa mère et lui dans son enfance. Il en a beaucoup souffert. C’est pourquoi son rêve est de trouver la femme de sa vie et de fonder la famille qu’il n’a jamais eu. Le jour suivant, Luc passa à mon atelier pour me dire combien je lui avais manqué. Les jours passaient. Tout semblait normal sauf que les soirs  où je n’étais pas avec mon petit-ami, j’étais fatalement au téléphone avec Jean. Un soir où nous bavardions, il me déclara que même si c’est sans doute trot tôt et sans aucune importance, il tenait à me dire que je lui plaisais beaucoup, que j’étais exactement son genre de fille, celle qu’il avait toujours attendu. Il regrettait que je sois déjà engagée avec quelqu’un mais que l’important était mon bonheur. Etait-ce vrai?

Et mes sentiments?

Heureuse je l’étais, avant de le rencontrer et plonger dans la confusion. Je sais que je n’aurais pas du m’intéresser à quelqu’un autre que mon petit-ami mais on ne peut pas toujours guider ses sentiments. D’un côté, j’ai un homme aimant qui se débat pour me rendre heureuse. Je l’aime aussi beaucoup mais Jean est plus proche de mon prince charmant. Il y a une connexion, une chimie entre nous deux. Que dois-je faire? Ce n’était pas censé se passer comme ça. Il ne devrait pas y avoir de choix à faire. Je devais juste rencontrer le prince charmant, qui m’épouserait et nous serions heureux pour le reste de notre vie. Mais la vie n’est pas un conte de fées, n’est-ce pas? Me voici avec un grand dilemme. D’un coté, je ne peux pas, en fait je ne veux pas rompre avec mon petit-ami juste parce que je crois avoir trouver l’âme-sœur. Ce serait très égoiste de ma part. Il n’a rien fait de mal et ne mérite pas une telle cruauté. Je ne supporte même pas l’idée de le faire souffrir. De l’autre coté, mon cœur, mon être, ma pensée me disent que Jean est celui que j’ai attendu toute ma vie. Le bonheur n’arrive peut-être qu’une fois dans la vie. Dois-je le laisser partir par peur de faire souffrir Luc? Comment puis-je être heureuse avec lui si tout ce que je veux, c’est revoir Jean, le connaître et m’épanouir avec lui? Je ne m’attends pas à une solution magique. Je sais que moi et moi seule, peux trouver les réponses à toutes ces questions. En parler permet parfois de se retrouver.

Viviane

Illustration AttributionNoncommercialNo Derivative Works par Artamir ?


avatar Soumis par le 10 Sep 2010 dans la/les categories A La Une, Plume Libre. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 3 Reactions deja “Le dilemne de Viviane”

  1. avatar
    corneille

    rest avc son luc kpooo,j crw comprendr qe tu nes pa amoureuz d jean mai c parcq ce dernier a les mem rev qe toi et il a plusieur point en commun c pourqw tu pens etr amoureu,si non c nai q passager et si tu laiss luc jtassur q tu commetrai une erreur q tu regretera suremen.a toi d decid

  2. avatar
    hermann

    C’est le goût de l’insolite, du particulier qu’ont toutes les filles!
    Je voudrais seulement dire à Viviane que tous les hommes ont des défauts communs et d’autres qui sont particuliers à chacun. A elle de bien analyser mais à la fin la paix durable dans le couple est à privillégier.
    Ceci dit c’est plus facile à dire qu’à faire.
    Bonne chance

  3. avatar
    larissa

    pourquoi veu tu kité luc tu di que tu es heureuz avk lui et ke vs vs entendez bien alor que veu tu de plus ces lessentiel ds un couple tu as dja tn boneutr gn sai cke tu veu encor sach kil nia pa de perfection en voulan tro gagner on per tout coupe cette communication avk jean et consacr toi a tn amour pr grandir encor votr boneur.. a bn atendeur salut

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP