Donner du sang pour sauver des vies

0
449

Donner du sang pour sauver des vies
Donner du sang pour sauver des vies

Autrefois situé au sein du CHU de Tokoin, le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuellement installé dans le quartier Adéwi dans des locaux flambant neuf. Ce centre a comme son nom l’indique, pour principal objectif de récolter des dons de sang, d’analyser, de conserver et de revendre afin de sauver des vies.

Arrivée à l’entrée, un accueil chaleureux est réservé aux généreux donateurs qui se font suivre par des docteurs ; après des questions d’ordre général sur la santé, on vous prend le pouls, votre poids pour déterminer la quantité de sang pouvant être régulièrement prélevée.

Ce don de sang, même s’ il est gratuit confère quelques avantages. En effet, au bout des trois premières prises, le donateur peut disposer d’une carte qui donnera à lui et aux membres de sa famille le droit d’être avantagé, lors de besoin de transfusion de sang. Une fidélité récompensé puisque pour motiver la population à venir, ils obtiennent une collation juste après le don de sang, composé d’une boisson sucrée d’un pain, d’une boîte de sardine, du lait et de la
mayonnaise. Avec une modique somme de 750 fcfa pour assurer leur déplacement. Sélom n’ayant pas mangé juste après le don a eu des malaises au bout de deux heures, mais rien de grave nous confie t’elle. D’où la nécessité de se nourrir dans les instants qui suivent le geste.
Une autre précaution et pas des moindres est d’observer, 4 mois d’intervalle pour les femmes et trois mois pour les hommes avant une prochaine prise. Difficile de trouver du sang. La population a souvent du mal à comprendre le manque de sang et les difficultés pour en trouver lorsqu’elle en a le plus besoin. « Pourquoi nous donnons du sang gratuitement et on nous le fait payer quand on en a besoin ?» s’indigne Komlan dont le frère est mourant sur un lit d’hôpital. Il propose même de donner son sang pour sauver son frère, ce qui n’est pas possible. Après s’être assuré de la compatibilité de son groupe sanguin avec celui de son frère, il y a des analyses à effectuer sur celui-ci avant de le déterminer apte pour pouvoir être transfuser. Cela peut durer environ un mois. Ces différentes analyses portent
en effet sur :
-la détermination du groupe sanguin
-Le dépistage des virus du sida
-Le dépistage du virus de l’hépatite B
-Le dépistage du virus de l’hépatite C, le dépistage des germes responsables de la syphilis.

Ainsi, du prélèvement jusqu’à la cession, la poche de sang revient au moins à 30.000 FCFA. Les malades payent moins de cette somme à cause de la subvention de l’Etat et grâce aux aides des partenaires au développement. Ce prix revient donc à 3500 FCFA pour les poches enfant et 7000 FCFA pour les personnes adultes.

Ce geste, aussi anodin qu’il puisse paraître est important car aucun laboratoire ne peut fabriquer du sang, alors que ce liquide est vital. Finalement, il n’y a que l’homme qui sauve l’homme.

Illustration FlickR/jlwo

Vos Commentaires et Reactions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here