Les enjeux de l’architecture et l’urbanisme au Togo

Remise des diplômes de l'EAMAU

Remise des diplômes de l'EAMAU

Lors de la remise des diplômes de l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU) samedi 3 juillet , nous avons interrogé M. Roger Boriata, un architecte urbaniste Tchadien.

Bonjour M. Roger Boriata, çela nous ferait plaisir de mieux vous connaître.

Bonjour, je suis Roger Boriata, architecte,urbaniste et je dirige un cabinet qui s’appelle ATAUD. Ce cabinet est à N’djaména au Tchad. Je suis membre du jury international de l’EAMAU et je suis ici à Lomé dans le cadre de la cérémonie de remise de diplôme organisée par l’ Ecole.

Avant de parler du métier de l’architecture, intéressons-nous un peu à l’Art. L’art qu’est-ce que c’est ?

L’art c’est un domaine vaste. L’architecture c’est une synthèse de l’art. L’art représente ce qui est beau, ce qui est sublime. C’est une manière de s’exprimer. Que ce soit à travers les objets sculptés, c’est une manière de représenter ce qu’on a.

Oui justement, nous allons nous intéresser à l’architecture, l’urbanisme, alors pourquoi nos populations ont-elles peur des architectes ?

Non, je ne pense pas que nos populations aient peur d’approcher les architectes. C’est plutot par manque d’information et d’habitude que l’on ne sollicite pas les services des architectes ou de l’urbaniste. En tant qu’architecte, je crois qu’il faut tout connaître du métier. Notre mission revêt un intérêt public. Je pense d’ailleurs que les institutions de tutelle ont l’obligation d’aider les populations à approcher aisément les architectes comme cela se fait d’habitude chez les Avocats , les Juges, les notaires pour ne citer que cela. En somme, il est urgent de communiquer.

Pourquoi exige-t-on des populations un permis de construire ?
Il faut comprendre que c’est l’Etat qui a institué un permis de construire. Ce permis est un élément indispensable pouvant permettre à l’Etat de maîtriser tout ce qui va ètre construit. Cette exigence n’est pas une sanction mais elle permet de conseiller, de controler tout ce qui aurait été omis par le demandeur. C’est pas un seul service qui donne son avis mais c’est tout un système qui est mis en branle.


Aujourd’hui, quelles sont les procédures à suivre pour être dans les normes ?

M. Boriata: Il n’y a pas de procédures particulières. En jetant un regard sur certains pays d’Afrique, presque tous ces pays ont les mêmes manières d’aborder les choses. Pour toute ville, il faut mener des études en aménagement sur le plan urbain et procéder à l’assainissement. Il faudrait effectuer une étude comme je l’ai dit, suivi d’un état des lieux, mettre en place un projet en matière d’assainissement et procéder à son exécution. Il n’y a rien de miraculeux, il faut faire des études afin de résoudre tous ces phénomènes que nous subissons aujourd’hui.

Si on parlait un peu de la rencontre de Brazzaville dont vous avez pris part.

Cette rencontre qui s’est tenue les 22 et 23 juin dernier a réuni les architectes de 8 pays d’Afrique centrale pour adopter le programme de formation continue des architectes zone Afrique centrale. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des activités de l’Union des Architectes de l’Afrique (UAA)

Pourquoi une telle rencontre ?

Elle est issue d’un programme de l’Union Internationale des Architectes(UIA). Dans ce programme mondial, l’UAA, partie prenante de ce programme, est divisé en 5 zones. Au fait l’objectif de cette rencontre est de redynamiser les activités au niveau sous-régional,d’examiner et d’adopter le programme de formation des comptes sur les architectes au niveau de l’Afrique centrale. Il est important que nous architectes, nous nous formons continuellement. La technologie avance et il faut ètre à jour.

Quelles sont les dispositions prises par l’UAA pour assainir le métier architectural?

L’UAA est un regroupement de différents ordres ouassociations ou institutions d’Achitectes. Les pays membres de cette institutions ont chacun ces textes en matière d’architecture ou d’ urbanisme. L’UAA permet donc aux architectes de se rencontrer et de s’épauler. C’est dans ce cadre que le programme de formation continue est institué. Cela permet de partager des expériences, de faire des recommandations à nos différents états sur différents aspects de la profession afin d’aider certains pays à se structurer en termes des législations des architectes. Tous les trois ans, une assemblée a lieu pour élire un nouveau conseil de l’UAA. Une Assemblée mondiale a également lieu tous les trois ans pour permettre aux différentes régions de proposer une équipe à la présidence de l’UIA, qui dispose des commissions thématiques du travail. Tout ce qui en ressort est ventilé au niveau des sections membres. Des approches de solutions aux problèmes d’inondations de nos villes. S’il ya de fortes pluies, forcément les parties qui n’auraient pas été étudiées vont être endommagées. Ce qui permet de dresser un schéma directeur d’assainissement. C’est faisable. L’Afrique a
des compétences. Il faut que les institutions en charge de ces volets puissent travailler avec les différents professionnels ou spécialistes pour que nous puissions sortir de ce schéma d’assainissement de nos villes. Avant ces schémas , il faut absolument dresser un plan de développement urbain de nos villes.
Roger Boriata, merci.
C’est plutôt moi qui vous remercie
Entretien réalisé par Firmin TEKO-AGBO et Ayi ATA

Illustration www.eamau.org


avatar Soumis par le 4 Jul 2010 dans la/les categories A La Une, Actualités, Éducation, Interviews. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP