Entretiens: La Retrospective de 2012 avec Marcelin Bossou

2013-01-marcellin-bossou
Togozine: Bonjour. Comment allez-vous?

Marcelin Bossou: Bonjour Togozine. Par la grâce de Dieu je vais bien et je suis sûr que vous aussi.

Togozine: Quels ont été pour vous les faits saillants de l’année 2012?

Marcelin Bossou: 2012 a été une année pleine de rebondissements et de faits marquants. Étant dans le monde de l’audiovisuel et du cinéma, personnellement 2012 a apporté une certaine révélation intérieure dans mon cheminement professionnel. Faire un film n’est pas facile contrairement à ce que certaines personnes pensent, qu’il soit court ou long, qu’il soit fiction ou documentaire. En 2012, j’ai réussi à tourner mon premier court métrage sur le sol togolais, un court métrage intitulé “L’ANNIVERSAIRE” pour lequel je suis en post production actuellement. Je profite de cette occasion pour remercier tous ceux qui ont contribué à la concrétisation de ce projet, financièrement, physiquement, moralement et spirituellement.

Togozine: Quels ont été les points les plus bas en 2012?

Marcelin Bossou: Les points bas, on en rencontrera toujours et c’est ça qui nous fait grandir. Toujours dans le milieu de l’audiovisuel et du cinéma, je dirai que la réticence togolaise à croire à l’essor du cinéma togolais, et cette pensée que ceux qui sollicitent des financements pour faire des films sont des personnes qui cherchent de l’argent pour se faire la belle vie, est un point bas que je peux relever. Mais comme j’ai dit, c’est ça qui nous fait grandir donc je ne vois pas trop ces points bas comme étant négatifs. Nous avons rencontré des obstacles, nous les avons surmontés, alors ces obstacles, nous n’y pensons plus.

Togozine: Quelles sont les choses qui vous rendent optimiste pour 2013?

Marcelin Bossou: Je hyper optimiste. La première des choses est ma foi en Dieu dans son accompagnement. La deuxième, la foi en mes capacités professionnelles. La troisième, j’ai rencontré des gens qui m’ont permis de voir demain avec sérénité, qui ont des talents et qui se battent. Quand tu es entouré de gens comme ça et que toi aussi tu ajoutes tes efforts et tes capacités aux leurs, on ne peut qu’aller de l’avant.

Togozine: Quelles sont les choses qui vous concernent en 2013?

Marcelin Bossou: Beaucoup de choses me concernent. Je dirai d’abord ce qui ne me concerne pas: la politique dans mon pays. En 2012, j’ai essayé de prêter un peu attention au débat socio politique de mon pays. Maintenant j’ai mieux à faire que de m’intéresser à ça. A part ça, nous cinéastes du Togo avons une bataille à mener en 2013 et cette bataille a déjà commencé. La révolution de cinéma togolais. Ne vous y trompez pas. Certains croient que c’est toujours comme avant. Mais quand tu t’intéresses au domaine et que tu t’approches des acteurs de ce milieu, tu comprendras que les choses bougent. Le 22 Décembre, le cinéma REX à rouvert ses portes et ce que j’ai vu à cette réouverture me permet de croire qu’on peut faire renaître le cinéma au Togo et bien le faire. Puisse Dieu nous accorder la force d’atteindre nos ambitions. Les talents et les compétences sont là sur le terrain. Que ceux qui veulent y croire apportent leur soutien et verront ce que ça va donner. Ce qui par contre sont ou demeurent pessimistes, ils peuvent passer leur route. Mais à la fin ils verront le résultat.

Togozine: Que devons nous attendre de vous l’année prochaine?

Marcelin Bossou: Qu’attendre de moi? Je ne vais pas promettre ce que je ne peux pas donner. La seule chose que je sais est que je me bats pour que 2013 soit une concrétisation de nos compétences. Au début de l’année 2012, j’avais un seul vœu que je souhaitais à tout le monde: LA REVELATION. La révélation de nos compétences d’abord à nous même et aux yeux des nos collaborateurs. Mon vœu a été exaucé. Bien sûr on ne peut pas convaincre tout le monde non plus. Donc pour 2013 mon vœu sera: LA CONCRETISATION. Concrétisation de nos grands projets et de nos compétences. 2013 verra la sortie officielle de mon court métrage “L’ANNIVERSAIRE”. 2013 verra aussi la participation de ce court métrage à des festivals internationaux de films, bien sûr si Dieu le veut. Nous ne rêvons pas d’aller gagner des prix aux festivals. Pas encore. Pour courir, il faut d’abord marcher. Mais participer aux festivals avec des films faits au Togo prouvera que nous avons avancé. Ce sera la concrétisation de nos travaux. 2013 verra aussi, et toujours avec l’aide de Dieu, la sortie de mon deuxième court métrage sur le sol togolais et la préparation de mon long métrage. Je n’en dis pas plus car je préfère montrer que dire.

Togozine: Avez-vous un dernier mot pour nos lecteurs?

Marcelin Bossou: Je sais que Togozine est lu partout dans le monde par les togolais mais aussi nos amis d’autres nationalités. A tous je souhaite un bon début de la nouvelle année et que Dieu CONCRETISE vos rêves. Ayez foi en Dieu, pour ceux qui y croient et en vous car personne ne viendra le faire pour vous. J’ajouterai cette réplique du film PURSUIT OF HAPPINNESS “NE LAISSE JAMAIS QUELQU’UN TE DIRE QUE TU NE PEUX PAS FAIRE QUELQUE CHOSE”. Je fais un coucou spécial à tous les togolais de la diaspora qui se battent. Je ne vais pas citer de nom pour ne pas faire des jaloux mais vous vous connaissez tous. Compat’ du MAROC, toujours ensemble.

Togozine: Merci et Bonne année!

Marcelin Bossou: Moi je dirai BONNE CONCRETISATION à tous.

marcellin-bossou


avatar Soumis par le 10 Jan 2013 dans la/les categories A La Une, Interviews. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP