Et si on parlait d’éducation ?

Nous sommes nombreux aujourd’hui à reconnaitre que le système éducatif de la plupart de nos pays africains est à la traine et sujet à des carences à la fois diverses et variées. Avec des amis donc, nous nous sommes posé la question de savoir quelles en étaient les causes et dans quelles mesures les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pourraient représenter une des solutions possibles pour la réhabilitation d’un système à l’agonie. Voilà les quelques éléments auxquels nous avons abouti :

 

 

  • Une insuffisance notoire de Planification

La planification scolaire comprend 2 volets complémentaires :

– L’ évaluation des besoins prévisibles : évolution des effectifs scolaires, effets de la démographie, progrès de la scolarisation (en second cycle en particulier), mouvements de la population.

– La détermination des formations et leur implantation : voies de formations initiales générales, technologiques et professionnelles, types d’établissements nécessaires, localisation des nouveaux établissements, liaison avec la formation continue, cartes scolaires, formations en adéquation avec les besoins du marché du travail.

Or dans nos pays (le cas du TOGO particulièrement), on se poserait la question de savoir s’il existe réellement un plan de planification établi ou en projet. Dans 5 ans par exemple, on ne sait pas exactement le nombre d’élèves  ou d’étudiants qu’il y aura et donc il n’y a une prévision en conséquence des infrastructures pour les accueillir; ou encore il n’y a pas de stratégies de veille pour leur créer des opportunités d’emplois dans leurs domaines respectifs

Les problèmes rencontrés à l’université de Lomé illustrent parfaitement nos propos. Les facultés sont surpeuplées. La plupart des jeunes étudiants s’inscrivent par défaut dans des filières comme le Droit ou l’économie/gestion (les plus surpeuplées) suite à  des échecs aux concours d’écoles comme l’ENSI (Ecole Nationale Supérieur d’Ingénieurs) ou le CIC (Centre d’Informatique et de Calcul), soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer une école de BTS.

Les facultés de lettres, d’anthropologie et autres étant considérées comme sans débouchés réels (ça ne donne pas à manger, dirait-on chez nous), on comprend rapidement pourquoi les premières citées fourmillent de monde. De plus il n’existe pas une palette de choix de formations.

Hormis ce manque de planification, on pourrait aussi relever d’autres soucis comme :

  •      Faiblesse de la prospection

L’ évaluation des besoins prévisibles (au niveau de la planification) n’étant pas réalisé, les flux ne sont pas contrôlés. Trop peu de filières sont disponibles pour la trop grande population scolarisée. Un taux de scolarisation qui ne cesse de monter d’années en années.

  •       La Mauvaise Orientation

Elle en est pour beaucoup aussi dans les carences de nos systèmes éducatifs. En effet, après le brevet des collèges, la plupart des étudiants ont très peu de visibilité sur ce qu’ils pourraient faire plus tard en fonction de leurs aptitudes et bien souvent, font des choix par défaut ou sont orientés par leurs écoles en fonction de leurs notes (et sans entretiens avec les élèves).

Tous ces manques sont la conséquence sans doute de facteurs comme une absence totale de vision à long terme pour l’éducation,un manque d’innovation, des partenariats inexistants avec d’autres pays ou entre écoles du même pays.

Et c’est justement là que les TIC peuvent valablement intervenir. Les Technologies de l’information et de la Communication représentent un excellent moteur d’innovation sur plusieurs plans à condition qu’on sache les insérer dans notre éducation. Aussi sont –ils des outils qui permettront la massification de l’éducation dans le contexte actuel d’accès universel à l’enseignement. Les TIC annihilent l’effet de temps, d’espace et de nombre dans le processus d’accès à la connaissance et au savoir.

Par quoi ça passe ?

  •      L’Accès aux TIC

Aujourd’hui, les matériels et outils informatiques continuent de représenter des outils de luxe dans nos pays même jusque dans les écoles. Très peu de lycées ou collèges disposent de salles informatiques par exemple. Même nos universités en sont totalement dépourvues. Si ce n’est la présence d’agence universitaire de la francophonie au sein de celles ci.

Faute à des coûts de connexion et d’acquisition du matériel encore trop élevés. Pourquoi ne pourrait-on pas comme certains autres pays de la sous-région diminuer considérablement (sinon, annuler) les frais de douanes et autres taxes sur les matériels informatiques ?

Pourquoi ne pourrait-on pas investir en masse pour réduire au maximum les coûts d’internet et les coûts d’accès à la 3G par exemple ?

  •      Les structures

Booster la qualité de l’éducation grâce au potentiel éducatif des TICs passe aussi par la mise à disposition de salles et d’amphis opérationnelles (projecteurs, câblage etc …), par la mise en place de réseaux de connexion (LAN[1], WAN[2], intranet …) afin de connecter et les étudiants et les salles de cours. Enfin, des serveurs, des ordinateurs et autres équipements sont à installer.

  •      Le Contenu

C’est l’un des points sur lequel je trouve personnellement que nous sommes très en retard en Afrique. Nous ne disposons pas de contenus ou sinon, très peu comparé au reste du monde. Que ce soit de la recette du Mafé[3] au meilleur mécanicien du quartier en passant par des articles de blogs parlant de notre vécu quotidien, nous ne disposons pas de contenus nécessaires à exploiter en Afrique.

Dans l’éducation, ça se traduit par la création de logiciels propres à ce domaine, des formations, des tutoriels, des mémoires et thèses de recherches à dématérialiser, etc… Les logiciels Open Source représentent un atout intéressant à exploiter pour ce faire. Ça passe également par la mise en place d’infrastructures fournissant des ressources éducatives de qualité et en quantité à mettre à la disposition aussi bien des élèves/étudiants que des enseignant.

Tout ceci ne saurait donc être fait sans un point également assez important qui est celui de la formation des différents acteurs de l’éducation. Il s’agit les professeurs, des administratifs, des archivistes, des élèves, des parlementaires qui porteront les lois etc …

Cette formation passe par le renforcement des compétences et les méthodes de recherche d’informations ,les méthodes de management, les “réseautages”.

Tous les points sus-cités étant tous aussi importants les uns que les autres, l’idée pour parvenir à réussir leur implémentation serait non pas de les réaliser les uns séparément des autres mais de les considérer comme différents éléments d’un ensemble global à réaliser. Simplement, une traction intégrante.

Et vous, de quel pays êtes-vous? Qu’est ce que vous en pensez ? Comment ça se passe chez vous? N’hésitez pas à partager votre point de vue et/ou ajouter des éléments importants que j’aurais manqué de citer ;-)

—-

[1] LAN ==> Local Area Network (Réseau Local en français, ce terme désigne un réseau informatique qui peut aussi être un réseau entre deux pc très éloigné géographiquement par le biais d’un logiciel qui crée une passerelle entre les deux pc; source Wikipedia)

[2] WAN ==> Wide Area Network (réseau informatique couvrant une grande zone géographique, typiquement à l’échelle d’un pays, d’un continent, voire de la planète entière. Le plus grand WAN est le réseau Internet; source Wikipedia)

[3] Mafé ==> plat à base de riz avec une sauce onctueuse à la pâte d’arachide. De la viande et des légumes peuvent éventuellement être ajoutés à ce plat; source Wikipedia

————

Pour tous mes autres articles, RDV sur MON BLOG . Vous pouvez également me rejoindre sur TWITTER ;-)


avatar Soumis par le 17 Mar 2012 dans la/les categories Éducation, Technologies. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP