Incendie en série des marchés au Togo : A qui profite ces actes terroristes ?

assiganme-article

Propos liminaire : Les écrits ci-dessous sont postés sous réserve et dans le respect des conclusions de l’enquête policière en cours.
« Un mal qui répand la terreur… ». La célèbre maxime « fontenoise » illustre furieusement l’insoutenable conjoncture dans laquelle se trouve plongée depuis plusieurs jours nos deux grands marchés. Horreur, désolation, tristesse, colère, … tels sont les mots qui s’alignent dans les esprits et dans les cœurs, à la vue des images. Notre économie nationale pour sa plus grande part est massacrée.
Une et une seule question demeure brulante sur les lèvres et hante constamment les esprits. Qui peuvent bien être les auteurs et complices (s’il y en a eu) de ces actes terrorristes ? Quelles sont les responsabilités ?

Le Gouvernement :
Par réflexe viscéral et périgordien, commençons de prime abord par le gouvernement. Disons le clairement, il est grandement responsable. 50 ans de pouvoir RPT-Unir pour un indigeste manque de moyens de nos sapeurs pompiers, cela est un crime contre la nation. Les pompiers appelés à la rescousse dès les premiers départs de feu n’ont pu rien faire à cause de leur manque de moyens, laissant les flammes prendre du champ et consumer le bâtiment central. Tout le monde le sait, il a fallu l’intervention du Ghana fire national service pour que le feu soit maitrisé. Il s’agit d’un camouflet retentissant pour l’équipe qui dirige notre pays depuis un demi-siècle. Aussi, l’absence de réaction du Président de la République dans cette histoire est affligeante. Nous le savons tous, SE Faure Gnassingbé n’a jamais été un grand communicateur. Mais dans cette situation de catastrophe nationale, il importait, par des mots avant les actes, d’apporter du réconfort aux sinistrés. Rien n’y fait. Pire encore, les tweets partis de son compte (apparemment officiel) sont vraiment dramatiques. Mr le Président, ça ne va pas du tout.
Dans un pays normal, ce gouvernement n’aurait pas résisté. Des têtes seraient tombées mais il ne faut pas se tromper, ce genre de chose n’arrivera pas au Togo.

Pour autant qu’on peut accuser le manque de réponse et le manque de structure aux leaders actuels du pays, mais ces incendies leur profite-t-il? Sachant qu’ils devront d’une maniere au d’une autre payer pour la reconstruction de ces dégats? Ou se trouve l’interet?

L’opposition :
L’autre versant de la classe politique togolaise ne saurait être tenu à l’écart du champ des responsabilités. Un jour, il y aura un vaste débat sur le rôle, les méthodes et l’efficacité de l’opposition au Togo. Soyons pragmatiques et concrets : L’opposition dans notre pays est en situation d’échec continu depuis des années, pour des raisons que nous évoquerons ailleurs. Avait-elle intérêt à voir ces marchés détruits au feu ? Deux réponses viennent à l’esprit :

  • Le grand marché de Lomé est connu pour être un des fiefs historiques de l’opposition togolaise. Le soutien financier des grandes commerçantes de ce marché aux grands partis politiques d’opposition est un secret de polichinelle dans la ville de Lomé. Il est donc difficile d’imaginer l’opposition tirer un quelconque avantage de la destruction de ce marché.
  • L’autre hypothèse est celle de la technique de la terre brulée. Voici maintenant des décennies que l’opposition mène un combat aussi décousu qu’acharné contre le pouvoir sans jamais parvenir à le renverser. Dans une désespérée tentative de déstabilisation, l’opposition aurait elle recouru à la destruction de ces marchés afin de provoquer un soulèvement populaire ? Aucun élément probant ne permet de l’affirmer mais toutes les options se doivent d’être explorées. On a d’ailleurs assisté depuis ce week-end à l’interpellation de certaines personnalités de l’opposition, dont notamment dans la journée d’hier Mr Gabriel Agbeyome Kodjo, ancien du pouvoir devenu opposant depuis. Bien évidemment la forte couleur politique de ces interpellations fait et fera jaser. Mais à l’heure actuelle, il n’y a qu’une seule chose sur laquelle il faille insister : le respect des règles de procédure prévues pour ce type d’opérations policières. Pour le reste l’avenir nous éclairera.

Les non alignés :
Pas vraiment le pouvoir, ni vraiment l’opposition non plus, ce troisième groupe mérite d’être ausculté. Depuis l’avènement au pouvoir de Faure Gnassingbé, beaucoup de barons du régime sont tombés, avec bruit et fracas. Ils sont depuis, avec leurs soutiens, entrés en résistance contre Faure Gnassingbé. Auraient-ils, afin de lui rappeler leur pouvoir de nuisance, commandité cette vague d’attaque au feu que subit le pays depuis la semaine dernière ?

Toutes les options doivent être explorées. Mais ces événements révèlent crûment la situation d’échec dans laquelle se trouve notre pays. Des départs de feu, il y en a des milliers chaque jour dans tous les pays de ce monde. Mais l’impossibilité de nos sapeurs pompiers de lutter contre le feu, ceci après 50 ans d’indépendance demeure le plus dur à expliquer. Et le pouvoir, et l’opposition, et les présumé auteurs de ce massacre sont tous responsables. Par respect pour nos institutions et nos autorités publiques, nous resterons prudents. L’enquête policière n’a pas fini de nous révéler ses secrets.


avatar Soumis par le 17 Jan 2013 dans la/les categories A La Une, Actualités, Opinions. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP