Kpatcha Gnassigbé à la barre la Star de la soirée de ce mercredi

0
450

« Gnassingbé Kpatcha », le Président de la cour fait appel à Kpatcha. Il lui demande de passer à la barre. Un brouhaha s’installe déhors comme à l’intérieur du palais de justice de Lomé. Nous sommes au palais de justice de Lomé ou se déroule le procès relatif à la tentative d’atteinte à la sureté de l’Etat. 32 personnes sont citées et sont toutes présentes dans la salle.

Kpatcha Gnassingbé effectivement à la barre. Un silence s’installe dehors de même qu’à l’intérieur. Le portail du palais étant fermé, certains qui n’ont pas pu y entrer restent déhors et suivent attentivement ce que le fils du Général Eyadéma va dire publiquement. Des baffs perchés au mur du palais arrivent  quand même à  couvrir ceux qui disposent bien leurs oreilles pour suivre l’honorable. On dirait un moment tant attendu. Dans la salle, agitation totale. Avant qu’il ne réponde s’il reconnaît  ou non les faits qui lui sont reprochés, l’Avocat Général se fait crier dessus. «  Vous distribuez de l’argent… vous avez de belles voitures » adresse-t-il à l’accusé. Des cris fusent. « Qu’a-t-il réellement ce monsieur ? » pouvait-on entendre dans la salle. Un Avocat du Député rétorque et met une différence entre le mot généreux et distribuer de l’argent.

Les Avocats de la Défense se succèdent et soulèvent la question de l’immunité parlementaire. Cette question sera jointe au fond selon le Président.  Kpatcha Gnassigbé ne reconnaît pas les fait qui lui sont reprochés et décrit comment les faits ayant abouti à son arrestation dans la nuit du 12 au 13  Avril 2009 se sont déroulés.   Le président de la Cour se charge de lire le procès verbal de l’accusé. La lecture dure plus de 30 minutes. Durant ces minutes, on pouvait entendre des mouches passer. Un silence de cimétière s’impose de lui-même. L’atmosphère qui prévalait montre clairement la comparution de Kpatcha bref le sujet intéressait. C’était un véritable sujet à discussion pour les Lomééns. Dans le PV, le nom du Général Tidjani est cité comme ayant toujours incité Kpatcha à faire le coup d’Etat devant évincer Faure du pouvoir car selon lui Faure ne gére pas bien le pays. « Tidjani est foutu » fulminent quelques personnes déhors.

Kpatcha nie en bloc toute l’accusation portée contre lui et affirme ètre victime d’une machination. « J’ai été victime d’une tentative d’assassinat de la part du Colonel Katanga, arrivé à mon domicile avec ses éléments, il a ouvert le feu. » précise-t-il.  Le colonel Katanga était à la tète de la Force d’intervention rapide(FIR), Force qui lui avait rendu visite ce 12 Avril 2009. Prenant encore la parole, le Député cite un certain Bawa qui est employé à l’Ambassade des Etats-Unis. Ce dernier était son informateur. Bawa lui avait toujours dit qu’un Groupe d’officers préparait un coup d’Etat à Faure Gnassingbé, Président de la République Togolaise. De plus les Américains  préféraient Kpatcha à Faure selon toujours l’employé de l’Ambassade. Kpatcha Gnassingbé affirme avoir toujours parlé à son frère Président par rapport au projet de coup d’Etat.

« J’ai toujours dit à mon frère que lui et moi sommes victimes d’une manipulation. » ajoute-t-il avant de de demander la comparution de Bawa puisqu’il n’est pas dans la salle et n’a pas été interpellé non plus.

Vos Commentaires et Reactions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here