Kpatcha Gnassingbé et ses coaccusés encore à la barre depuis ce mardi

Ils sont encore devant la cour ce 7 septembre. Juste pour reconnaitre ou non les fait qui leur sont reprochés et attendre ensuite la décision de la Cour qui juge en premier et dernier ressort. Ils sont au total 32. Parmi eux un Ancien Ministre de la Défense du Général Eyadéma décédé en 2005, les frères du président de la République dont Kpatcha Gnassigbé, Député et Ancien Ministre de son état.

Ont leur reproche « Tentaive  d’atteinte à la Sureté de l’Etat ». Ce que Kpatcha Gnassingbé n’a du tout pas reconnu. Ce soir à la barre, le  présumé coupable dit n’avoir jamais comploté un coup pour faire partir son frère président du pouvoir. Et que c’est  un certain Bawa de l’Ambassade des Etats-Unis qui l’a toujours alerté par rapport à un coup que seraient entrain de préparer un groupe d’officiers dont le Général Titikpina, le Colonel Massina et le Colonel Katanga. Selon Bawa, l’information venait des Américains, ajoute Kpatcha Gnassigbé. Mais un autre est également impliqué. Il s’agit de l’ancien Ministre Titdjani qui est cité dans le proces verbal de kpatcha. Selon ce qu’il a raconté dans son PV, le Général Tidjani l’incitait à faire un coup d’Etat à Faure Gnassigbé car «  Faure ne gère pas bien le pays » selon le Général.  Le Député n’était pas le seul à ètre entendu depuis le début du procès le 1er septembre.

Ce mardi, 7  personnes ont été auditionnées. Quelques unes ont décrit des séances de torture horribles auquelles elles ont été soumises durant leur détention à l’Agence Nationale de Renseignement. Certains accusés affirmaient que Kpatcha Gnassingé leur a achété des ordinateurs, des appareils portables pour pouvoir préparer le coup en question. L’argent était aussi remis à quelques uns de sa part. Ce mercredi 6 personnes ont été écoutées dont 4 dans la matinée. L’un d’entre eux affirme avoir subi des tortures à l’ANR. Il a été mis dans une obscurité pendant 5 mois. L’accès à un Médecin leur était quelques fois dificile.

Ajoutons aussi Kpatcha Gnassigbé a demandé à la Cour que Bawa soit également présent dans la salle afin qu’il puisse lui expliquer exactement la source des infos relatives au projet de coup d’Etat. Ses Avocats eux demandent la présence de l’Ancien procureur de la République Robert Bakai qui a lu le premier communiqué à la télévision nationale juste après l’arrestation de Kpatcha Gnassingé. Ils soulèvent également une exception. Celle relative à l’immunité parlementaire du Député.


avatar Soumis par le 10 Sep 2011 dans la/les categories Actualités, Société. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP