5ème sortie africaine : la Côte d’Ivoire ou la fierté du continent

Le premier choc du groupe G, entre le Portugal et la Côte d’Ivoire a accouché d’une souris hier mardi à Rustenburg (0-0). Les Portugais, amené par le goléador Cristiano Ronaldo regretteront à jamais la somptueuse frappe de leur capitaine venue se fracasser sur le poteau avant le repos tandis que les Eléphants gardent espoir d’autant que Drogba a pu jouer une trentaine de minutes.

Ce premier choc annoncé dans le groupe de la mort de la 19ème Coupe du monde 2010 aura finalement été conforme à ce que l’on voit sur les terrains sud-africains depuis l’ouverture de la compétition, à savoir peu spectaculaire, voire ennuyeux, Ivoiriens et Portugais ayant visiblement décidé d’attaquer les débats sur la pointe des pieds, peu désireux de se livrer outre mesure afin de préserver l’avenir. A croire que le football est définitivement devenu un jeu où, avant de penser à gagner, on songe surtout à ne pas perdre, et tant pis pour ceux qui, aux sombres batailles tactiques, préfèrent les envolées techniques et les prises de risques, pour l’instant l’apanage de la seule Allemagne. Symbole de cet état d’esprit «petit joueur», cette ultime occasion de la rencontre qui voit Keita et Dindane obtenir un corner dans le temps additionnel et le jouer à deux en attendant le coup de sifflet final plutôt que de tenter de se procurer une occasion d’emporter la décision.

Et si les Eléphants avaient doutés eux-mêmes….
Tant pis pour les Eléphants qui, après un passage à vide de vingt minutes en seconde période, s’étaient lancés dans un baroud d’honneur qui aurait pu faire mouche face à une formation portugaise globalement décevante, car comptant sur le seul Ronaldo pour exister offensivement. Devant, Danny a été totalement transparent, Liedson à peine meilleur, tandis que Déco confirme qu’il est, à 32 ans, décidément sur la voie descendante.

Le nul qui relance le groupe G…

A l’arrivée, ce nul, en plus de préserver les chances des deux équipes dans ce groupe G qui va se résumer à un match à trois avec le Brésil, sanctionne logiquement une partie serrée et globalement fermée à double tour. Le ton est d’ailleurs donné d’entrée, avec une équipe ivoirienne prudente, avec Gervinho en pointe à la place de Drogba, sur le banc, la formation dirigée par Sven-Göran Eriksson s’attachant d’abord à bien défendre, particulièrement sur Ronaldo dont le premier démarrage dans l’axe oblige Zokora à le sécher, avec à la clé un carton jaune (7e).

Ronaldo serait il maudit en sélection ??????

C’est en tout cas la preuve que les Africains n’ont pas l’intention de lâcher le Madrilène qui leur donne d’ailleurs aussitôt raison en se procurant la seule grosse occasion du match: après une petite talonnade pour lui-même, il place un missile du droit de près de 30 mètres qui s’écrase sur le poteau droit de Barry (11e) ! Un Ronaldo maudit, lui qui n’a marqué qu’une fois en sélection depuis l’Euro 2008, et encore sur penalty !

Le réveil des Eléphants après un sale quart d’heure….…

Les Eléphants pointent le bout de leur nez après un quart d’heure dominé par le Portugal grâce à leur puissance à l’impact physique, avec deux tirs non cadrés de Tiéné puis Tioté, mais c’est encore la star du Real Madrid qui sème la panique sur une nouvelle accélération plein champ, provoquant un deuxième carton jaune, pour Demel, après une petite altercation qui lui vaut d’être également averti (21e).

Le coup pour le coup !! !
Le match est heurté, les deux formations se rendent coup pour coup, à l’image de Gervinho qui, dans la surface adverse, se lance dans un numéro «à la Ronaldo», interrompu de justesse par un pied adverse (24e). C’est à peu près tout pour ce premier acte décevant entre deux sélections qui se craignent visiblement.

Un seul être vous manque et………

Après les citrons, Gervinho tente de secouer le cocotier en provoquant Carvalho avant de solliciter Eduardo d’un puissant tir sans angle (47e), tandis que Kalou manque un centre de la droite de Dindane (48e). Les Eléphants sont mieux entrés dans le second acte et se créent de nouvelles opportunités, d’abord sur une accélération de Yahia Touré qui sert Kalou dont l’essai de 20 mètres manque de précision pour tromper Eduardo (54e), ensuite sur une tête au-dessus de Gervinho, bien servi par Tioté (60e).
Voilà enfin l’arrivée du prodige de la maison des Eléphants, Drogba, qui est lancé par Sven-Göran Eriksson, à la grande joie d’un public de Port Elizabeth et de tout le peuple Ivoirien…

Fin de match honorable pour les Eléphants …mais toujours pas de but…
Chose bizarre qui se produit est que la rentrée de Drogba a coïncidé avec la baisse de régime des Eléphants, qui subissent alors la domination adverse, ne parvenant plus à approcher du but portugais.
Mais vu que l’équipe portugaise n’est pas plus fringante que ça, aucune occasion, si ce n’est deux essais lointains et non cadrés de Raul Meireles (78e) et Ronaldo (80e), ne vient concrétiser cette main mise sur la fin de match.


avatar Soumis par le 16 Jun 2010 dans la/les categories Coupe du Monde. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP