Le Mémorial de la Shoah: Comprendre le passé pour Eclairer l’avenir

Fondé en 1956 sous le nom de Mémorial du martyr juif inconnu, le Mémorial de la Shoah est à nouveau ouvert au public le 27 janvier 2005. Il accueille 180 000 visiteurs chaque année dont 790 groupes scolaires. Le Mémorial est un lieu ou règne une force positive exceptionnelle sur un sujet grave. Dans ce lieu s’entremêlent l’Histoire, la culture et la politique. Le musée aurait pu céder à la facilité en utilisant les émotions et la compassion mais le Mémorial a préféré montrer une image objective et analytique de l’holocauste ce qui lui donne un caractère historique certain tout en restant dans une dimension humaine impressionnante.

Disposant d’une surface totale de 5 000 m², le musée propose trois expositions : la première, permanente, expose l’évolution de l’antisémitisme depuis l’antiquité sans s’arrêter à la libération des camps de la mort. Deux autres expositions temporaires complètent la visite. Actuellement celles-là sont consacrées à deux artistes : la première est Hélène Berr, écrivaine de talent et déportée dont l’unique ouvrage, son journal écrit jusqu’à son arrestation, fut retrouvé et publié par sa nièce Mariette Job en 2002. L’exposition déborde le cadre strict du journal et de la personnalité d’Hélène Berr pour s’élargir au contexte de l’occupation et de la persécution des juifs en France. Le second artiste est benjamin Fondane, poète, essayiste, cinéaste et philosophe roumain, également déporté à Auschwitz où il sera assassiné en 1944. L’exposition retrace la vie de l’artiste et magnifie son œuvre pourtant méconnue grâce aux documents et à l’agencement de la visite. Chaque exposition temporaire fait l’état d’un remaniement du parcours avec de profonds travaux d’installation, ce qui rend chaque visite unique.

Mises à part les diverses expositions, le Mémorial comporte plusieurs lieux importants. Premièrement, le mur des noms, où sont inscrits les noms des déportés juifs de France et le mur des justes, qui, à l’image du mur des noms nous expose le nom de toutes les personnes ayant été reconnues comme justes par le Mémorial Yad Vashem de Jérusalem. Dans un second temps, la crypte, tombeau symbolique des 6 millions de juifs morts sans sépulture durant la seconde guerre mondiale, permet aux visiteurs de se recueillir. Enfin, le centre de documentation juive contemporaine (CDJC) regroupe plusieurs millions de documents d’archives. A la suite de la visite, une librairie propose un grand nombre d’ouvrages, et de documents rares et importants à la compréhension de la Shoah.

Enfin, le Mémorial propose plusieurs activités : conférences, rencontres, témoignages, visites guidées, mais aussi, et cela chaque année, des voyages de mémoire à Auschwitz. Cette année, trois sont organisées, dont celui du 14 février auquel j’ai eu la chance de participer. Cette journée – le voyage est organisé le dimanche – nous entraine en plein cœur du système d’extermination planifié par le régime nazi et de deux camps : Auschwitz I et Auschwitz Birkenau. Accompagnés de guides polonais francophones et de déportés, nous sommes partagés entre émotion et réflexion au milieu des baraques enneigées, des crématoires en ruines et des salles ou sont exposés les cheveux, valises, chaussures des déportés. Un voyage qui mène à une prise de conscience certaine et nécessaire à la transmission de la mémoire.

Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy-l’Asnier, 75004 Paris
Tél : 01 42 77 44 72
contact@memorialdelashoah.org
www.memorialdelashoah.org


avatar Soumis par le 2 May 2010 dans la/les categories Plume Libre. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP