Les huit (8) sportifs qui ont du rendre leurs médailles

0
1043

Après le cas du cycliste Américain Lance AMSTRONG ces jours ci, replongeons nous dans l’histoire de ces médailles reprises après les avoir gagné….

Une chose étant plus que sûre: Lance ne sera ni le premier , ni le dernier…..

1. L’Olympique de Marseille
Un match. Un seul match et un effet domino inouï : pour remporter un match sans grand intérêt pour la course au titre et préserver les joueurs avant la finale de la Ligue des Champions, Jacques Glassmann fusille sa carrière, Bernard Tapie va en prison, l’OM perd son titre et Jean-Jacques Eydelie écrit un livre. Pour un match.

2. Juventus Turin 2004-2006
On risque de reprocher au PSG 2013 de vaincre sans gloire avec un extraterrestre comme Zlatan à la pointe de son attaque. La Vieille Dame avait non seulement cet atout dans sa manche, mais également Buffon, Camoranesi, Cannavaro, Emerson, Nedved, Thuram, Vieira et Trezeguet. Et pour être sûr de son coup les arbitres avaient rejoint l’équipe gagnante par l’intermédiaire du volubile Luciano Moggi. Le scandale éclate, et ce sont deux titres de champions que l’on retire pour en donner un à l’Inter, qui avait oublié ce que ça faisait de gagner un truc.

3. Ben Johnson 100m (1988)
Un départ bestial et une course qui donne l’impression que Carl Lewis fait un jogging : voilà l’image que l’on gardera des Jeux de Séoul. Trois jours plus tard, on découvre le “stéroïde anabolisant” et on retire la médaille du cou de taureau du Canadien pour l’ajouter à la collection de Carl Lewis.

4. Nadzeya Ostapchuk Lancer de poids (2012)
La jurisprudence londonienne montrera que l’argument “à l’insu de mon plein gré” n’empêche pas la suspension. La championne de lancer de poids biélorusse aurait été droguée par son entraineur sans le savoir, mais écopera quand même d’une année de suspension. Et rendra sa médaille, évidemment.

5. Tyler Hamilton Cyclisme (2004)
Tyler Hamilton s’était déjà fait prendre à l’issue de la course contre-la-montre des JO à Athènes. Mais au bénéfice d’une mauvaise conservation d’échantillon interdisant la contre-expertise, il est blanchi et peut conserver sa médaille. Et là on se dit, “il a eu chaud aux fesses, ça devrait le calmer! Il va faire profil bas” Pensez-vous… Un mois plus tard, il se refait avoir sur la Vuelta. Tyler est finalement condamné en 2009 à 8 ans de suspension et remet sa médaille au CIO, rongé par la culpabilité.

6. L’équipe paralympique espagnole de basket catégorie déficient mental (2004)
Jusqu’en 2000, les handicaps mentaux étaient inclus au sein de la grande famille des Paralympiques. Et puis, il y a eu le drame : 10 des 12 joueurs de la sélection espagnole avaient simulé une déficience mentale pour obtenir la médaille d’or. La classe. Face à la difficulté de mesurer un handicap mental, le Comité Paralympique exclura les “Jeux Spéciaux” de son programme jusqu’en 2012, date à laquelle quelques disciplines ont de nouveau été ouvertes aux déficients mentaux.

7. Marion Jones athlétisme (2000)
Ce n’est qu’en 2007 que la reine américaine du sprint reconnait avoir copieusement tourné aux stéroïdes durant sa période dorée. Les trois titres obtenus à Sydney en 2000 seront donc remis à des athlètes plus recommandables, de toute façon, Marion n’aurait pas eu besoin de médailles là où elle allait, c’est à dire en prison pendant 6 mois pour parjure.

8. Fred Lorz marathon (1904)
Les tablettes retiendront la victoire de Thomas Hicks lors de ce marathon olympique, après deux shots de strychnine arrosé de brandy, malgré une arrivée derrière le dénommé Fred Lorz, qui avait fait une partie du parcours en bagnole, “pour déconner” dira-t-il ensuite. L’esprit Olympique à son top en ces Jeux 1904.

Vos Commentaires et Reactions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here