Lettre Ouverte au Président de la République de la part de la Coordination des Etudiants Togolais et Boursiers à l’Etranger (CETBE).

Les SG de 4 pays réunis en coordination (Yao – Wuitcha d’Algérie , Kilim Pyabalo Egbare du Maroc , le president d’AESTOT de Tunisie , Bleza Takouda de la Corée du sud ) ont contacté Togozine déclarant qu’une décision grave a été prise ou sera prise concernant les étudiants togolais boursiers à l’étranger et risque de mettre fin à leur études pour cause de moyens financiers. Ils nous explique que tout a commencer en janvier quand ils ont appris que le gouvernement s’apprêtait à supprimer les compléments de bourse des étudiants. En effet il ya environs 500 étudiants boursiers reparti dans le monde ( Algérie , Maroc , Tunisie ,cuba , chine , Corée du sud).

Les bourses provenant des pays d’accueil sont symbolique (6555 CFA pour l’Algérie, 14000 CFA pour la Tunisie , 40000 CFA pour le Maroc ). C’est compte tenu de cette faiblesse de ces bourses que tous les pays attribuent à leur boursiers un complément de bourses afin de les soutenir dans leur études. C’est ainsi que le Togo envoi une somme variant de 50000CFA à 70000 CFA (600.000 CFA à 840.000CFA par année) à chaque étudiants togolais boursiers.

Selon eux « Le nouveau décret n° 2011-173/PR du 30 novembre 2011 portant réforme du régime des bourses d’études, de stages et des allocations de secours est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2012. Ce décret régit désormais les attributions, renouvellements et suppressions des bourses et allocations
de secours. Le décret ne prévoit pas le paiement des compléments de bourse aux étudiants bénéficiaires d’une bourse étrangère. Le décret en son article n° 10 stipule que « Tout étudiant qui s’inscrit de lui-même dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur à l’étranger, ne peut prétendre ni à une bourse ni à une allocation de secours ou (aides)».

Sans ce complément plusieurs serait obligés de mettre un terme aux études. Voice la lettre ouverte qu’ils addressent au Président de la République a cet effet.

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
Son Excellence le Président de la République,

Nous avons l’honneur de venir auprès de votre haute personnalité vous saisir de l’inquiétude de l’ensemble des étudiants togolais boursiers à l’étranger suite aux rumeurs de suppression des compléments de bourse par le gouvernement togolais.

En effet, nous étudions à l’étranger dans le cadre d’une coopération entre le gouvernement togolais et celui de nos pays de résidence actuel (Maroc, Algérie, Tunisie, Chine, Corée du sud, Cuba etc…). Le gouvernement togolais en nous envoyant dans ces pays avait fait l’engagement de nous soutenir dans notre formation en nous payant des frais d’installation en février de la première année ; un complément de bourse annuellement ; des billets de voyages pour les vacances et les stages au Togo et les billets de rapatriement en fin d’étude. En effet les bourses octroyé par les pays d’accueils sont symboliques (6555 CFA par mois pour l’Algérie, 14000 CFA pour la Tunisie ,40000cfa pour le Maroc).Cette bourse étant très, insuffisante le TOGO vient en aide aux étudiants en leur accordant un complément de bourse de 50000 CFA le mois. Cette somme sert généralement aux étudiants à payer le loyer, à se nourrir, à préparer la rentrée, à s’acheter les équipements informatiques et de travail. Vous conviendrez avec nous que même pour un étudiant de l’université de Lomé et Kara, il est très difficile de vivre avec une somme pareil. Imaginer pour nous qui vivions à des milliers de kilomètres de nos parents, dans des sociétés où il est très difficile de s’intégrer. En plus la législation de ses pays ne permet pas aux étudiants boursiers d’exercer un travail rémunérateur.

Il nous a été donné de remarquer que pour cette année académique 2011-2012, le gouvernement togolais n’a pas honoré sa responsabilité vis-à-vis des nouveaux boursiers togolais qui attendaient leur frais d’installation qui devrait arriver en février 2012. C’est alors que des rumeurs ont commencé à circuler dans les rangs des étudiants togolais boursiers à l’étranger, informés par des parents et des proches au Togo, d’un projet de suppression des compléments de bourse par le ministre de l’enseignement supérieur. Suite à ce retard et aux rumeurs qui circulaient, nous avons contacté la DBS pour explication qui nous informa d’un blocage au niveau du Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Nous avons alors adressé une note de demande d’explication et de doléances le 27 mars 2012 au Ministre de l’enseignement supérieur, au Ministre des affaires étrangères, à l’assemblé Nationale, au Premier Ministre et à vous Monsieur le Président de la république, vous informant de la situation précaire et catastrophique qui règne au sein des étudiants togolais boursiers à l’étranger, restée sans suite.

D’après nos renseignements le complément de bourse aurait été supprimé et le ministre de l’enseignement supérieur, le directeur de la DBS et leurs collaborateurs seraient en train de gagner du temps et feraient semblant de nous rassurer et de rassurer nos parents, pour nous mettre devant le fait accompli. Bientôt nous aurions officiellement la lettre de suppressions de ce complément de bourses par le biais de nos ambassades, une décision suicidaire qui mettra fin aux études de beaucoup d’entre nous par manque de moyens financiers.

D’après nos sources bien informées, « Le nouveau décret n° 2011-173/PR du 30 novembre 2011 portant réforme du régime des bourses d’études, de stages et des allocations de secours est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2012. D’après les mêmes sources, ce décret régit désormais les attributions, renouvellements et suppressions des bourses et allocations de secours.

Le décret ne prévoit pas le paiement des compléments de bourse aux étudiants bénéficiaires d’une bourse étrangère.

Le décret en son article n° 10 stipule que « Tout étudiant qui s’inscrit de lui-même dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur à l’étranger, ne peut prétendre ni à une bourse ni à une allocation de secours ou (aides), chose étonnante puisque la DBS a envoyé l’aide au non boursier pour cette année académique. Nous nous posons la question de savoir si les non boursiers sont prioritaires par rapport aux boursiers. Ainsi donc nous savons très bien que la note de réponse que le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’apprête à nous envoyer dans les jours à venir porterait sur ce contenu.

Monsieur le Président, en lisant votre nouveau décret concernant les bourses d’études, on peut remarquer qu’il n’y a pas d’articles prévoyant clairement la suppression des compléments de bourse des étudiants togolais bénéficiant d’une bourse étrangère d’où l’inquiétude des étudiants boursiers togolais à l’étranger d’un possible projet de détournement de leur complément de bourse.

Devrons nous rappeler que nous étudions à l’étranger parce que nous avions les meilleurs résultats au baccalauréat d’enseignement supérieur avec des mentions allant d’assez-bien à très bien et si le nouveau décret régissant les attributions de bourse aux étudiants togolais fixe une moyenne de 11/20 et plus au BAC 2 pour bénéficier d’une bourse du gouvernement togolais, ce sera contradictoire de retirer le compléments de bourse à des étudiants togolais ayant totalisé un minimum de 12/20 au BAC 2 sous prétexte qu’il bénéficie d’une bourse étrangère que nous qualifions de bourse de la honte. NOUS SOMMES AUSSI DES TOGOLAIS COMME LES AUTRES. Et si nous sommes à l’étranger c’est parce que notre pays nous a envoyé pour étudier en prenant des engagements vis-à-vis de nous. Nous de notre côté, nous remplissons notre part du contrat en essayant toujours d’être les meilleurs de notre promotion. C’est ainsi que les togolais sont toujours major de promotion et c’est l’une des rares communautés où le taux d’échec est nul. Vous avez dû vous en apercevoir puisque en 2006 lors de votre visite en Tunisie, suite à vos instructions, les compléments de bourses ont été doublés et deux bourses d’excellence accordés à deux étudiants majors de promotion avec 18 de moyenne. A partir de cette date commença, le calvaire pour les étudiants, comme si plusieurs de vos collaborateurs n’étaient pas d’accord avec cet acte. C’est ainsi qu’en 2007, les billets de vacances et de stages furent supprimés sans donner de raisons valables, mais c’est un secret de polichinelle que certains étudiants pour une raison qu’on ignore continu par bénéficier allègrement de billets de vacances et stages chaque année. Ne somme nous pas égaux devant la loi. La DBS au lieu de veiller à l’amélioration des conditions de vie des étudiants, les détériore d’année en année. C’est ainsi que la DBS ne rate aucune occasion de supprimer les compléments de bourse sans
prendre le temps d’écouter les étudiants.

Pour vous donner une idée sur l’URGENCE de la situation, nous sommes plus de 10 000 étudiants de différents pays d’Afrique subsaharienne étudiant dans les universités maghrébines et asiatiques parmi tous ces pays notre pays le Togo se classe en dernière position concernant les compléments de bourses payés par le pays d’origine. La plupart de ces pays d’Afrique donnent à leurs étudiants entre 3500 euros et 6000 euros par ans à raison de 300 à 500 euros le mois compte tenu de la faiblesse des bourses de nos pays d’accueil, et de la cherté de la vie dans le pays accueil. Du coup l’étudiant boursier togolais est reconnu dans ces pays par sa vie misérable ; ayant un complément de bourse variant entre 900 euros et 1200 euros et ne pouvant pas avoir régulièrement le soutien
des parents et proches du pays compte tenu de la faiblesse des salaires des fonctionnaires togolais. Nous éviterons pour l’instant de décrire ici notre quotidien dans cette lettre publique qui ne fera que nourrir la colère de nos parents et proches contre le gouvernement. Imaginons nos frères et sœurs qui font doctorat et qui doivent payer de 500 à 700 dollars par publication
d’article.

Il faut signalé aussi que nous aimons notre pays et vous savez, vous qui avez vécu et étudié à l’étranger que le patriotisme ne se construit mieux qu’une fois à l’étranger mais nous serons obligés de saisir des instances internationales comme l’UNESCO avec qui nous sommes déjà en contact et la ligue internationale des droits de l’homme pour trouver une issue à notre problème ; nous demanderons à nos parents, proches et amis d’occuper les locaux du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et nous, de notre côté occuperons les locaux des ambassades togolaises. Ne pas respecter ces engagements, c’est envoyer son enfant à l’étranger pour étudier et l’abandonner. Mais il n’est pas nécessaire d’en arriver là car nous ne demandons qu’une chose : « ETUDIER » et nous savons que notre pays est capable de tenir ses engagements vis-à-vis de nous en nous laissant ETUDIER librement et revenir servir notre cher pays.

Nous demandons donc au gouvernement ce qui suit :

– La non suppression des compléments de bourses et sa revue à la hausse à la moyenne de 3000 euro comme, le font la plupart des pays.

-La consultation des ambassades et des anciens étudiants boursiers avant toutes prises de décision, ils connaissent plus que tout le monde les conditions de vie misérables des étudiants togolais à l’étranger.

-L’envoi urgent de hauts responsables dans les différents pays où se trouvent les étudiant togolais afin de discuter avec eux et vous faire un rapport.

-Accorder des aides pour les frais d’équipements à chaque rentrée et des aides pour la période des vacances (trois mois minimum).

-Le maintien des frais d’installation des nouveaux et des frais de soutenance.

-La remise des frais d’installation aux nouveaux avant leur départ de Lomé dans les prochaines années.

-Le maintien de l’aide accordée aux non boursiers et leur revue à la hausse.

-Accorder automatiquement le complément de bourse pour tout étudiant qui est allé à l’étranger dans le cadre de la bourse et régulièrement inscrit dans une université publique.

-Un billet d’avion pour les vacances par cycles et les billets pour les stages.

-La mise en place d’un budget pour l’accueil de nouveaux et de soutiens aux ambassades pour l’organisation des
journées culturelles.

-La mise en place d’une politique d’intégration et de prise en charge des boursiers après leur étude afin qu’ils ne puissent pas aller vendre leur compétence ailleurs.

-Un audit complet de la DBS enfin de mettre fin à la magouille et sanctionner les auteurs.

-La démission de tous ceux qui ont participé à ce projet honteux.

Veuillez croire cher Président, l’assurance de notre considération distinguée

Les Etudiants Boursiers Togolais à l’étranger. Par sa voix la Coordination des Etudiants Togolais et Boursiers à l’Etranger (CETBE)


avatar Soumis par le 10 May 2012 dans la/les categories Actualités. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 8 Reactions deja “Lettre Ouverte au Président de la République de la part de la Coordination des Etudiants Togolais et Boursiers à l’Etranger (CETBE).”

  1. avatar
    Yawmi

    La parole est tombée…
    C’est vraiment pas correct de traiter des boursiers de la sorte.
    Il se fait aussi que les sources du problème sont grandes.
    L’état ne controle pas les boursiers, les boursiers ne font partie d’aucun plan national. Du coup ils peuvent ne pas rentrer et peuvent s’il rentrent n’avoir rien à faire.
    Finalement l’état donne gratuitement du pognon à des gens.
    D’un autre coté, l’Etat a besoin de cerveaux aussi donc doit donner ce pognon…

    Il faut donc deux choses :

    1. Entretenir correctement les boursiers
    2. Avoir une politique pour les gérer pour que leur bourse serve au Pays.

  2. avatar
    la voix des étudiants

    large diffusion SVP, les étudiants boursiers togolais à l’étranger sont une espèce en danger!!!

  3. avatar
    paulin

    Alors que les autres pays fondent l’avenir du pays sur l’éducation notre pays par contre nous démotive a y arriver. L’état est sensé aider les pauvres les démunis a décrocher mais malheureusement les bourses ne sont qu’octroyé aux enfants des politiciens qui ont déjà des moyens. presque toute ma vie l’état ne ma accordé aucun soutien pour y arriver.Voila des raisons qui motivent les mais valides et intellectuels du pays à faire valoir leur potentiel à l’extérieur plutôt qu’au Togo. C’est claire on va jamais évoluer. Pire si on n’ est pas issu d’une famille politicienne

  4. avatar
    TOGO DEUILLE

    COMMENT EST CE QUE LE PRÉSIDENT FAURE PEUT IL ACCEPTER CETTE DÉCISION ET MÊME LE PREMIER MINISTRE? ILS VEULENT NUIRE A VOTRE POLITIQUE.LE TOGO DE DEMAIN EST EN DANGER. APRÈS LES UNIVERSITÉS DE LOME ET DE KARA, ILS VEULENT S’ATTAQUER A NOUS. SA NE MARCHERA PAQ M. GALLY

  5. avatar
    kakaraka

    c’est vraiment domage qu’une autorité digne de ce nom prènne une telle décision.
    est ce qu’ils sont dans ces pays pour fréquenter ou pour travailler?s’il les ont envoyer là pour fréquenter;c’est décision est un ASSACINAT.à ce que je sache vous(autorités) n’êtes pas la pour nuire au développement du pays au contraire a favoriser plus tôt cela.DONC MES CHERS AUTORITES REVENE A LA RAISON LE PLUS TOT POSSIBLE.

  6. avatar
    tchedre

    c est domage pour ces etudiants pour qui la vie n est que fluctuation. Peut on insiter ceux ci a l’eveil du patriotisme, si les porte se ferme davantage pour eux sur la terre de leurs aieux. Autant mettre fin a l’existence de ces bourses pour eviter de faire payer le contribuable, qui en beneficie peu de leur retombe.

  7. avatar
    wouuuuuu

    vraimen j n vou comprd pas kw……….

  8. avatar
    e22

    bizarre le togo svp (autorités)dites nous ce qui ne va pas peut ètre que nous vous comprendrons mieux si non vous ne valez pas la peine excusez moi de vous le dire mais vous ressembler à…je ne sais quoi ayez pitié des jeunes qui ont la bonne foi de réussir brillament et faites en sorte qu’à l’étranger qu’ils n’aient pas honte de dire qu’ils sont togolais je vous remercie.

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP