Lu pour vous : Togo, la dynastie de la terreur

Brice Desbos, 33 ans, un journaliste métissé par ses origines française et africaine se rend au Togo. Sa mission : enquêter sur les plus sombres affaires du pouvoir. Puis, finalement sur les violences politiques de la présidentielle de 2005. Et la boîte de Pandore s’ouvrit…

Ce binational vivait paisiblement dans sa chambre d’hôtel et profitait des délices exotiques de son séjour sous les tropiques jusqu’au jour où il eut l’envie de faire comme tout Togolais – qu’il a pris le temps d’observer depuis sa fenêtre et au volant de sa voiture Starlet. Ce journaliste n’a pas trouvé mieux que d’uriner là où bon lui a semblé. Seulement, il a fait pipi dans les environs de la présidence togolaise. Ce conformisme lui a valu une interpellation corsée suivi d’un passage mémorable en garde à vue à la gendarmerie nationale.

Ainsi, il fit son premier contact avec les forces de l’ordre. Le reporter échappa de justesse à son élimination physique à la DPJ grâce à une gracieuse avocate du nom d’Evelyne Tchalla. Elle était la présidente du Conseil Supérieur de l’Ordre des Avocats du Togo. Cette dernière, bien que mariée à un capitaine de la garde présidentielle, parvint délicatement à mettre l’enquêteur dans son lit. Soupçonné d’espionnage, les autorités togolaises exigèrent des autorités consulaires françaises le départ immédiat de leur ressortissant.

Habitué des missions dangereuses, ces propos d’intimidation n’ont pas dissuadé ce fils de nonce apostolique. Il se lie d’amitié avec Bona, un quadragénaire à qui le visa est refusé depuis que le pouvoir s’est rendu compte qu’il profitait de ses motifs fallacieux de visite familiale ou de vacances pour mener des activités politiques en faveur de l’opposition. Bonaventure Ekoué, il s’appelle. Marié, père de 9 enfants en plus d’une adolescente de 17 ans qu’il entretient comme sa maîtresse et qu’il « passe » sans scrupule à ses amis de lutte comme le Père Anselme, curé d’une paroisse catholique d’Aného, un activiste invétéré de l’opposition.

Bona, un aigri contre le régime. Anselme, un révolutionnaire convaincu, rangé dans le clergé et des milliers d’autres complices vivant hors du territoire, nourrissent le rêve de bouter la dynastie au pouvoir par un coup d’Etat. Ce push se prépare par des procédés très peu orthodoxes avec l’aide de certains fortunés du pays et grâce à un détournement spectaculaire des caisses de l’Eglise.

Dans ce roman des crimes politiques, passionnels, idéologiques sont commis, qui pour le rayonnement d’un parti politique, qui pour se sortir d’un amour blessé… Dans ce récit romancé sur le Togo, des personnes sont nommément citées, des révélations odieuses sont mises au jour, des actes immondes sont relatés.

Au milieu de cette spirale de la mort décrite à travers les pages, Brice a pu échapper à plusieurs tentatives de suicide. Celui-ci réussit dans sa fuite à emporter des documents importants contenant des preuves lourdes contre le régime. Mais il regrette la disparition tragique de sa bien-aimée Evelyne.

L’auteur expose par ailleurs dans ce récit la situation désespérante du pays. Alexandre de Souza a mis en relief la dégradation des mœurs, les dérives des leaders religieux, …

La mésaventure de ce reporter métis est racontée à travers les rues et quartiers de Lomé avec des expressions courantes du langage local. L’histoire inachevée de Brice interroge le futur de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest par les airs de son hymne national. « Togo, la dynastie de la terreur » est enfin un hommage rendu aux aînés de la lutte pour la liberté.

Page: Togo, la dynastie de la terreur – sur Facebook

Site web de l’auteur : Alexandre de Souza


avatar Soumis par le 26 Oct 2010 dans la/les categories A La Une, Actualités, Arts, Culture. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 2 Reactions deja “Lu pour vous : Togo, la dynastie de la terreur”

  1. J’aimerais bien lire le roman, histoire de mettre une frontière entre l’histoire des élections aux crimes imprescriptibles, une autorité qui frise plus la délinquance que la responsabilité citoyenne des pouvoirs confiés, le stupre installé comme monnaie d’échange dans les circuits de corruption et la fiction, puisqu’il s’agit d’un roman. En définitive ce billet annonce un parcours pas des plus simple où des gestes ordinaires se transforment en crime de lèse-majesté ou en tentative de coup d’état. N’importe quoi! J’aurais bien aimé que le Togo dans le roman fût un pays imaginaire si la revisitation n’ouvre pas des souvenirs que des larmes en vain, tentent de faire oublier.

  2. The voice of ratoianilty! Good to hear from you.

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP