Micro-trottoir : 50ans d’indépendance

Albert (Conducteur de moto-taxi, 31 ans)
Je pense que malgré tous nos déboires, il faut fêter ce cinquantenaire autant que possible. Les problèmes sont communs à tous selon la vie que l’on mène mais nous devons nous réjouir du peu que nous avons.

Tchedre (Professeur)
J’ai eu à discuter du cinquantenaire avec certains de mes étudiants. Le bilan qu’ils tirent est quasiment similaire à celui que nous exprimons en salle des profs, un bilan négatif. Si des jeunes entre 20 et 25 ans en sont amenés à ressentir autant de déception vis-vis de leur propre pays, c’est alarmant.

Gabienu (Propriétaire hôtelier, 45 ans)
Le ministère du tourisme m’a envoyé un courrier me demandant, de façon résumée, de bien vouloir offrir des chambres avec les services accessoires pour accueillir les délégations étrangères qui viennent à l’occasion du cinquantenaire. Vous vous rendez-compte ? Quand je me dis qu’enfin je vais pouvoir faire un peu de chiffres d’affaires et payer mes employés, mes factures et mes impôts, l’Etat me demande officiellement de rouler à perte ! Voilà le type de célébration que le gouvernement me propose.

Komlan (Chef d’entreprise, 65 ans)
Fêter le cinquantenaire ? Franchement vous trouvez vraiment qu’il y a de quoi fêter ce cinquantenaire ? Est-ce que Lomé ressemble à une ville qui a passé cinquante ans d’indépendance ? Pas de routes dignes de ce nom, un hôpital aussi vieux que les pièces d’un musée, jamais rénové, ne parlons même pas de l’aéroport… il y a 50 ans, des pays comme le Bénin, le Ghana et le Burkina Faso n’étaient pas à notre niveau d’aménagement urbain. Il y avait de l’argent qui coulait à flot dans ce pays. Aujourd’hui ces mêmes pays nous ont dépassés. Moi je me rends au Burkina chaque trimestre en moyenne, et j’y étais pour les Koras. Mais quand je vois leurs routes, leur sens de l’organisation, j’ai honte.

Kafui (Étudiante en BTS, 20 ans)
Pour moi le cinquantenaire, ce n’est qu’une occasion de se remémorer l’histoire du Togo. Rien de plus…

Chérita (Élève en classe de 3ème, 16 ans)
J’entends mes parents parler de cette époque, mais vu que je n’y étais pas, je n’ai pas grand chose à dire. Mon principal souci c’est de pouvoir bien me préparer pour réussir à mes examens, le tout dans le calme et la sécurité.

Tiko (Enseignant, 30 ans)
A quelques semaines du grand jour, c’est à M. Savi de Tové et au CPDC qu’est revenue la lourde mais tardive responsabilité d’organiser le 50e Anniversaire du Togo. A vrai dire, il s’agit d’une démonstration d’amateurisme et d’avarice au sommet. Sinon en quoi cela gène-t-il que les artères de la capitale soient décorées un mois d’avance ? Combien cela coûterait si on confectionnait des pagnes et des t-shirts pour la circonstance ? Reconnaissons-le, outre les artistes de la musique qui ont su trouver la muse en ces périodes de jubilé et les journalistes qui abattent un travail sublime, le jubilé d’or togolais serait plus qu’un fiasco.

Koffi (étudiant en droit sur le campus de Lomé)
Tout dépendra du gouvernement en place. Avant les élections on pouvait tirer de façon pragmatique un bilan satisfaisant du premier mandat du président Faure Gnassimgbe (reprise de la coopération, rénovation de la politique d’emploi, liberté d’expression…). Pour ma part je voulais croire que les choses iraient de mieux en mieux. Mais quand on regarde comment le gouvernement gère les manifestations de l’opposition, je me dis qu’on a fait un grand bon en arrière jusqu’en 1992 (époque trouble de la grève générale illimitée)… l’histoire va-t-elle se répéter?

Nathalie (26 ans, commerçante au grand marché de Lomé)
ça ne va vraiment pas ! Rien ne marche ! Depuis janvier, c’est comme si Lomé était mort. Les ventes ont chuté de plus de la moitié de ce que je réalise habituellement. Les gens ont tellement peur qu’il y ait des troubles qu’ils serrent la ceinture. Même certaines COOPEC (Coopératives d’Epargne et de Crédit) ont la main lourde par rapport aux prêts et aux financements. Avant les élections elles préféraient attendre le résultat du vote du 04 Mars dernier. Maintenant elles disent qu’elles veulent attendre la prestation de serment. Et ça c’est pour quand ??? Pendant ce temps toutes les activités sont au ralenti. Plein de gens sont endettés où ont des commandes annulées. Mais si vous regardez dans les pays voisins, les affaires vont vite et l’argent coule à flots !! Ici tout est au ralenti. C’est difficile ! Vraiment difficile !


avatar Soumis par le 26 Apr 2010 dans la/les categories Actualités, Interviews. Pour rester informés des commentaires de cet article, vous pouvez souscrire au flux RSS 2.0. Togozine encourage les débats. Veuillez laisser vos commentaires en bas des articles. Les opinions des rédacteurs/personnes mentionnées sont fournies comme telles et ne reflectent pas systématiquement l'opinion du magazine.

Vos Commentaires et Reactions

Qu'en Pensez Vous?... 2 Reactions deja “Micro-trottoir : 50ans d’indépendance”

  1. avatar
    lino terssier

    c’est genial de donner la parole a la rue. D’habitude on lit pas des reactions comme ca nulle part. Merci Togozine.

  2. avatar
    Peace

    Je dois avouer que ca ne m’a rien dit dutout de faire attention a ce 50e anniv… plutot que de me rejouir, j’ai prie pour mon pays.
    C’est rafraichissant de lire les opinions des gens de tous les jours. Ca change beaucoup. merci Togozine.

Laissez Vos Commentaires Ici



Rejoignez-Nous Sur Togozine











Log in | Born of the vision of Eryck



BACK TO TOP