Raggae : Jah Slave Traoré confirmé

0
2374
Peace,  Love and Raggae,  cela pourrait être la devise de Jah Slave Traoré
Peace, Love and Raggae, cela pourrait être la devise de Jah Slave Traoré

Le 26 Juin 2010 restera à jamais gravé dans la mémoire de l’artiste musicien Jah Slave Traoré. Il a officiellement sorti son tout premier album BEST TIME, un baptème de feu donc pour l’Artiste. C’était à Lomé dans la capitale Togolaise.En cette date Jah est rentré dans la cour des Grands et  l’histoire parlera de lui comme un artiste confirmé.

Né le 05 septembre 1974 à Yélounbé à Blitta au Togo , Jah commence par s’essayer à la musique dans son enfance sur les bancs d’école ou il aimait interprèter les chansons de ses artistes préférés Peter Tosch, Lucky Dubé, Bob Marley d’où son amour du reggae. Après quelques années d’études au cours primaire à Aléhéridé, il décide d’apprendre la mécanique à 2 roues chez son oncle à Sokodé. Son aventure dans le monde de la musique lui permet de tomber dans les bonnes grâces de Jonas Gaab qui deviendra son maitre guitariste, la guitare étant son instrument préféré. Joel Azéto et Bbish Mola viendront ensuite et lui permettront de mieux assoir les bases de sa fondation musicale. Membre de Togo Zion Mouvement(TZM), son premier album devait être enrégistré en collaboration avec Black Power un veil ami de TZM. Pour une raison que lui-mème qualifie d’incompatibilté idéologique, ce projet tombera à l’eau. Marshal Rasta, son groupe verra ensuite le jour mais disparaitra prématurément. Jah Slave Traoré évolue aujourd’hui en solo avec son premier album BEST TIME.

C’est un album de 6 titres dont Best Time, Sarkozy, Baba Arizi, Ils ont vidé.

Le Kotokoli, sa langue maternelle, le mina, le français et l’anglais se cotoient sur des thèmes qui lui sont chers tels que la sincérité, l’amour de Dieu, l’immigration et le travail et la mauvaise gestion de certains dirigeants.

Illustration FlickR/Giandomenico Ricci

Vos Commentaires et Reactions

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here